Médecins du Maroc Index du Forum Médecins du Maroc
Site spécialisé en diffusion d'information sur les actualites des Médecins et de la Médecine au Maroc
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Médecins du Maroc 
Bienvenue sur le forum des médecins du Maroc : nous cherchons des modérateurs pour le forum si vous êtes intéressé contacter l'administrateur
entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca
Aller à la page: <  1, 2, 318, 19, 2065, 66, 67  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médecins du Maroc Index du Forum -> Actualités professionnelles et concours -> Spécial RESIDANAT et INTERNAT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Guennoun82
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2010
Messages: 209
Sexe: masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 20:27    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

Dr lamya a écrit:
SVP eck klk1 pourrait me répondre??????


je pense que oui et qu il est encore temps


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 20:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
drlili
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2010
Messages: 67
Sexe: féminin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 21:47    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

pour Dr lamya
tu n as rien à prépare le concours o 9ray l essentiel
je connais des gens de ma promo ki ont soutenu et juste aprés t3él9at residanat
o dawzoha o néjho fiha
bon courage tente ta chance
_________________
Il vaut mieux tomber dans les mains d'un médecin heureux que d'un médecin savant.


Revenir en haut
Dr lamya
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2011
Messages: 5
Sexe: féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 22:24    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

drlili et guennoun82 c gentil de votre part de m répondre

Revenir en haut
kores00
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2010
Messages: 17
Localisation: casa
Sexe: féminin
Point(s): 13
Moyenne de points: 0,76

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 22:29    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

bonsoir tt le monde!
vs vs rendez compte de ces précisions impossibles à retenir?! franchement chapeau pr tous les résidents du maroc!! je vois la réussite comme un mirage là!!
non mais franchement je tarde troooooop et le pire c qu'à relire ce que je viens d'apprendre je me souviens que des titres!!
c dramatique! bon courage tout le monde!! il nous en faut vraimment!!

SVP soyez nombreux à partager vos sentiments, vos soucis, vos questions, à continuer seuls, on risque de déprimer comme ça vu que le temps presse!
PRIERE pour ceux qui ont des résumés intéressants ANATOMIE et BIOLOGIE de partager avec tout le monde, DIEU les bénira ainsi!

COUUUUUUURAAAAAAAAAGE ON PEUT TOUJOURS Y ARRIVER!!
_________________
bon courage à nous tous, parce qu'il nous en faut vraimment!


Revenir en haut
sifou
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2008
Messages: 9
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 22:44    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

SVP POSTER NOUS LE PROG d'anat et de bio? merciiii

Revenir en haut
lilipatre
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2010
Messages: 103
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 23:17    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

ANATOMIE
1- L’articulation de l'épaule
2- L’articulation du coude
3- L’articulation du poignet
4- La vascularisation et l’innervation de la main
5- L’articulation de la hanche
6- L’articulation du genou
7- L’articulation tibio-tarsienne
8- Le creux axillaire
9- Le pli du coude
10- Le triangle de Scarpa
11- Le creux poplité
12- La région carotidienne
13- Le corps thyroïde
14- Les nerfs récurrents
15- L’anatomie macroscopique du globe oculaire
16- Le pédicule pulmonaire
17- L’oesophage thoracique
18- Le canal thoracique
19- Le diaphragme
20- La vascularisation de l'estomac (vaisseaux et lymphatiques)
21- Le pédicule hépatique
22- Le duodéno-pancréas
23- Le côlon
24- Le rectum
25- La surrénale
26- La loge rénale
27- Les uretères
28- Les testicules
29- Les artères rénales
30- La loge prostatique
31- L’utérus
32- Les annexes : trompes, ovaires, ligament large
33- Le sein
34- Le coeur et le péricarde : anatomie descriptive
35- La vascularisation du coeur
36- La moelle épinière
37- Le cerveau et le cervelet
3
EPREUVE D'ADMISSIBILITE
BIOLOGIE
1- La ventilation pulmonaire :
physiologie et exploration.
2- L'hématose :
physiologie et exploration.
3- La bronchomotricité :
physiologie et exploration.
4- Les antibiotiques :
spectre, mécanismes d'action, mécanismes de résistance.
5- La régulation et exploration de la glycémie.
6- L’équilibre acido-basique.
7- Les lipoprotéines plasmatiques :
métabolisme et exploration.
8- Les hormones thyroïdiennes :
biosynthèse, régulation, effets biologiques, exploration.
9- L'auto-immunité.
10- L’hypersensibilité immédiate, retardée, à complexes immuns.
11- Les immunoglobulines :
structure, fonctions et variations physiopathologiques.
12- Le système du complément :
nomenclature, voies d’activation et variations physiopathologiques.
13- Les déficits immunitaires primitifs.
14- Les polynucléaires :
morphologie et fonction.
15- Les lymphocytes :
morphologie et fonction.
16- Le globule rouge :
morphologie, physiologie.
17- L'hémoglobine :
structure, biosynthèse, fonction.
18- L’hémolyse :
physiologie, exploration.
19- Le métabolisme de la vitamine B12 et de l’acide folique.
20- Le métabolisme du fer.
21- L'hémostase :
physiologie, exploration.
22- Le système A.B.O. et Rhésus :
Biochimie - génétique - détermination.
23- Les aspects dynamiques du processus de l'inflammation.
24- La cellule cancéreuse.
4
25- Les métastases cancéreuses.
26- Le granulome inflammatoire.
27- Les marqueurs tumoraux.
28- Le débit cardiaque et ses facteurs d'adaptation.
29- La régulation de la pression artérielle.
30- La régulation thermique :
facteurs physiologiques et physico-chimiques.
31- La filtration glomérulaire.
32- Les fonctions tubulaires.
33- Le sodium :
bilan, métabolisme, régulation.
34- L’eau :
bilan, métabolisme, régulation.
35- Le potassium :
bilan, métabolisme, régulation.
36- Le métabolisme phospho-calcique.
37- Les sécrétions digestives :
salivaire, gastrique, biliaire, pancréatique et intestinale .
38- La motricité digestive :
déglutition, motricités(oesophagienne, gastrique, intestinale et ano-rectale)
39- L’absorption intestinale :
nutriments, vitamines, eau et électrolytes..
40- Les fonctions hépatiques.
41- La circulation sanguine :
viscosité, écoulement, hémodynamique,vitesse de sédimentation.
42- Les rayonnements ionisants :
interactions, effets biologiques, radioprotection.
43- La physiologie de la sensibilité.
44- La physiologie du système pyramidal.
45- Le système extra-pyramidal.
46- La physiologie du cervelet.
47- La physiologie de l'appareil hypothalamo-hypophysaire.
48- La physiologie de la médullo-surrénale.
49- La physiologie de la miction.
50- La physiologie testiculaire.
51- La physiologie de l’érection.
52- La physiologie de la douleur.
53- La physiologie du liquide céphalo-rachidien.
54- Les bases physiologiques de l’épileptogénèse.
55- Les bases physiologiques de la conduction nerveuse.
56- La physiologie de l’ischémie cérébrale.
5
EPREUVE D'ADMISSIBILITE
MEDECINE
1- L’hyperthyroïdie :
diagnostic et traitement
2- L’hypothyroïdie :
diagnostic et traitement
3- Les goitres :
diagnostic étiologique, prévention (goitre endémique)
4- L’hyperparathyroïdie primitive :
diagnostic, traitement, autres hyperparathyroïdies .
5- L’hypercorticisme :
diagnostic positif, diagnostic différentiel
6- L’insuffisance surrénale lente :
diagnostic et traitement
7- La ménopause :
physiopathologie, diagnostic et traitement
8- Le diabète sucré :
physiopathologie, pathogénie, diagnostic, traitement, surveillance, éducation,
complications dégénératives du diabète
grossesse et diabète
9- Les hyperlipémies :
diagnostic et classification
10- L’anémie par carence martiale :
diagnostic et traitement.
11- Les anémies mégaloblastiques :
diagnostic et traitement.
12- Les anémie hémolytiques constitutionnelles :
diagnostic et principes du traitement
13- Les hémoglobinopathies :
thalassémie et drépanocytose
sphérocytose héréditaire
déficit en G6PD
14- Les anémies hémolytiques auto-immunes :
diagnostic, principes du traitement
15- Le purpura thrombopénique idiopathique :
diagnostics, positif et différentiel, évolution, pronostic, traitement
16- La maladie de Hodgkin :
diagnostic, évolution, pronostic, bases du traitement
17- Les leucémies aiguës myéloblastiques :
diagnostic, évolution, principes du traitement
6
18- Les leucémies aigues lymphoblastiques :
diagnostic, évolution, principes du traitement
19- La leucémie myéloïde chronique :
diagnostic, évolution, principes du traitement
20- La leucémie lymphoïde chronique :
diagnostic, évolution, pronostic
21- La maladie de Vaquez :
diagnostic, évolution, pronostic, traitement
22- Le myélome multiple :
physiopathologie, diagnostic, évolution, pronostic
23- Les aplasies médullaires :
physiopathologie, diagnostic, évolution, pronostic et principes du traitement.
24- Les hémophilies :
diagnostic positif, prise en charge thérapeutique
25- La transfusion de sang et de ses dérivés :
bases immunologiques, indications
26- Les pneumonies bactériennes
27- Les bronchopneumopathies chroniques obstructives :
bronchite chronique ; emphysème
28- La primo-infection tuberculeuse :
épidémiologie, diagnostic, évolution, traitement.
29- La tuberculose pulmonaire commune :
épidémiologie, diagnostic, évolution, traitement.
30- La tuberculose miliaire :
Epidémiologie, diagnostic, évolution, traitement.
31- Les pleurésies sérofibrineuses :
diagnostic et traitement
32- Les pleurésies purulentes :
étiopathogénie, diagnostic, évolution, traitement
33- Les abcès pulmonaires :
diagnostic, évolution, traitement
34- La dilatation des bronches :
étiopathogénie, diagnostic, évolution, traitement
35- Les pneumopathies virales et apparentées :
diagnostic, évolution , traitement
36- L’asthme :
physiopathologie, étiologie, diagnostic, évolution, pronostic,
37- Le cancer bronchogénique :
épidémiologie, diagnostic, évolution, traitement
38- Le syndrome d’apnée du sommeil :
diagnostic et traitement
39- L’ulcère bulbaire et l’ ulcère gastrique :
physiopathologie, diagnostic, traitement
7
40- Le syndrome de malabsorption :
physiopathologie, diagnostic, principes du traitement
41- La maladie de Crohn :
physiopathologie, diagnostic, complications, traitement.
42- La rectocolite hémorragique :
physiopathologie, diagnostic, complications, traitement.
43- Les hépatites virales (A- E )
agents responsables, tableau clinique, formes cliniques, diagnostic positif
évolution, pronostic, principes du traitement .
44- Les hépatites virales ( B-D-C )
agents responsables, tableau clinique, formes cliniques, diagnostic positif
évolution, pronostic, principes du traitement .
45- La cirrhose du foie :
diagnostic positif , complications, principes du traitement.
46- Le reflux gastro-oesophagien :
physiopathologie, diagnostic, complications et traitement
47- L’hypertension portale :
physiopathologie, diagnostic, complications, principes du traitement .
48- La tuberculose péritonéale :
pathogénie, diagnostic , formes cliniques, traitement.
49- Les ictères cholestatiques médicaux :
tableau clinique , explorations , interprétation
50- Les cancers cutanés épithéliaux et mélanocytaires.
51- Les uréthrites.
52- Les dermatoses virales :
herpès, zona.
53- Les toxidermies
54- Les vulvo-vaginites
55- La syphilis
56- Le purpura rhumatoïde :
diagnostic, évolution, traitement
57- Le lupus érythémateux disséminé :
diagnostic, clinique et biologique, pronostic, traitement.
58- La polyarthrite rhumatoïde :
diagnostic et traitement
59- Le syndrome de Gougerot-Sjogren :
étude clinique et paraclinique .
60- La spondylarthrite ankylosante et les autres spondylarthropathies :
diagnostic et traitement
61- L’erythème noueux :
diagnostic et traitement
62- La sarcoïdose :
physiopathologie, diagnostic, pronostic et traitement.
8
63- La maladie de Behcet :
diagnostic et traitement
64- Le phénomène de Raynaud :
définition, diagnostics , positif et étiologique
65- La goutte.
66- Les amyloses secondaires
67- Les névralgies sciatiques
68- Les névralgies cervico-brachiales
69- Les ostéoporoses
70- La tuberculose ostéo-articulaire (y compris disco-vertébrale)
71- Les arthrites infectieuses
72- Les lombalgies
73- Les gonarthroses
74- Les thromboses veineuses :
physiopathologie, diagnostic, étiologie, traitement.
75- Le rhumatisme articulaire aigu :
étiopathologie, diagnostic, traitement
76- L'hypertension artérielle
77- Les valvulopathies mitrales :
diagnostic et traitement
78- Les valvulopathies aortiques :
diagnostic et traitement
79- L'endocardite bactérienne :
diagnostic, complications et traitement
80- L'insuffisance cardiaque :
diagnostic et traitement
81- Les péricardites :
diagnostic et traitement
82- La septicémie à bacilles gram négatif :
diagnostic, évolution, traitement
83- La septicémie à staphylocoques :
diagnostic, évolution, traitement
84- Les septicémies à streptocoques :
diagnostic, évolution, traitement
85- Les méningites à pneumocoques :
diagnostic, évolution, traitement
86- Les méningites à méningocoques :
diagnostic, traitement, évolution
87- Les méningites tuberculeuses :
diagnostic, traitement, évolution
88- La fièvre typhoïde :
diagnostic, traitement
9
89- La brucellose :
diagnostic, traitement
90- Les leptospiroses :
diagnostic, traitement
93- L’infection à VIH :
physiopathologie, diagnostic, évolution, traitement
94- Les fièvres prolongées :
diagnostic, étiologies, traitement
95- Le syndrome glomérulo- néphritique
96- Le syndrome néphrotique
97- La néphropathie diabétique
98- Les néphropathies lupiques
99- Les infections urinaires :
Définition, épidémiologie, physiopathologie, diagnostic,
principes thérapeutiques
100- Les pyélonéphrites chroniques :
Définition, physiopathologie, anatomopathologie, diagnostic et traitement
101- La toxémie gravidique :
définition, classification, physiopathologie, diagnostic,
évolution, traitement.
102- L’insuffisance rénale aiguë obstructive
103- La maladie rénale chronique
104- Les nécroses tubulaires aiguës
105- Le syndrome de Guillain-Barré
106- La maladie de Parkinson idiopathique
107- La maladie de Charcot
108- La démence d’Alzheimer
108- La neurosyphilis
110- L’Hypertension intra-crânienne :
physiopathologie. signes cliniques et étiologies
111- La sclérose en plaques
112- Les Compressions médullaires lentes :
anatomie pathologique, formes topographiques.
113- Les accidents vasculaires cérébraux ischémiques :
formes cliniques, étiologies, traitement
114- Les paraplégies :
diagnostics, positif et étiologique
115- Les hémiplégies :
diagnostics, positif et étiologique
116- L’endophtalmie :
diagnostic et traitement
10
117- La rétinopathie diabétique :
diagnostic et traitement
118- Les troubles dépressifs
119- Les troubles anxieux
120- Les antibiothérapie :
classifïcation, règles de prescription, effets secondaires.
contre-indications
121- Les anti-inflammatoires non stéroïdiens :
mécanisme d’action, effets secondaires, contre-indications
122- La corticothérapie de longue et courte durée :
indications, modalités pratiques de prescription,
complications et contre indications
123- Les anticoagulants :
modalités de prescription et surveillance thérapeutique
124- Les diurétiques
125- Les antituberculeux
126- L’infection néo-natale bactérienne :
physiopathologie, diagnostic, étiologies, traitement
127- Les infections respiratoires aiguës du nourrisson et de l'enfant :
épidémiologie, étiologies, diagnostic, traitement
128- Les infections respiratoires récidivantes du nourrisson et de l'enfant
épidémiologie, diagnostic, formes cliniques, traitement
129- Les vomissements du nourrisson :
physiopathologie, diagnostic, étiologies, traitement
130- Les diarrhées aiguës du nourrisson :
définition, physiopathologie, diagnostic, étiologies
131- Les douleurs abdominales du nourrisson et de l'enfant:
diagnostic, étiologies, traitement
132- La maladie de Hirschprung :
définition, physiopathologie, diagnostic, formes cliniques
133- La malnutrition protéino-calorique :
définition, physiopathologie, diagnostic, formes cliniques
134- Le rachitisme :
épidémiologie, physiopathologie, diagnostic, étiologies, traitement
135- L’ataxie de l'enfant :
définition, physiopathologie, diagnostic, étiologies, traitement
136- Les infections urinaires du nourrisson et de l'enfant :
définition, physiopathologie, diagnostic, traitement
137- Les protéinuries de l'enfant :
physiopathologie, diagnostic, étiologie, traitement
138- Les cardiopathies congénitales cyanogènes :
physiopathologie, classification, diagnostic, traitement
11
139- Les cardiopathies congénitales non cyanogènes :
physiopathologie, classification, diagnostic, traitement
140- Le syndrome post-streptococcique de l'enfant :
physiopathologie, diagnostic, étiologies, traitement
141-Les fièvres éruptives chez l'enfant :
diagnostic, classification, étiologies, traitement
142- Les angines :
diagnostic, étiologies, traitement
143- Le retard de croissance statural chez l'enfant :
diagnostic, étiologies, traitement
144-Les sévices à enfants:
définition, diagnostic, aspects médico-légaux,
prise en charge, prévention
145- Les vaccinations chez l'enfant :
épidémiologie, programme national, indications et contre indications.
146- Les hémorragies génitales :
étiologies et traitement
147- Les infections génitales
12
EPREUVE D'ADMISSION
MEDECINE
Diagnostic et traitement ou conduite à tenir
1- L'éclampsie
2- L’asthme aigu grave
3- L’hémoptysie
4- L’Arrêt circulatoire
5- Le choc septique
6- Le choc anaphylactique
7- Les troubles de l'équilibre hydro-électrolytique
8- Le choc hypovolémique
9- Le choc cardiogénique
10- La pancréatite aiguë
11- L’intoxication au CO
12- L’intoxication barbiturique
13- Les accidents vasculaires cérébraux
14- Le tétanos
15- L’hypoglycémie grave
16- L’acido-cétose diabétique
17- L’insuffisance surrénalienne aiguë
18- La tétanie
19- La CIVD
20- Les accidents de la transfusion sanguine
21- L’ hémolyse aiguë
22- L’embolie pulmonaire massive
23- L’oedème aigu du poumon
24- Le pneumothorax spontané
25- La colique hépatique
26- Les méningites purulentes
27- Le choléra
28- L’infarctus du myocarde
29- Le syndrome coronaire aigu
30- La tamponnade
31- L’ insuffisance rénale aiguë
32- Le syndrome polyuro-polydipsique
33- Les troubles de conscience chez le diabétique
34- L’orientation diagnostique devant une adénopathie
35- L’anémie
36- Le purpura
37- La polyglobulie
38- La pancytopénie
13
39- CAT devant un ictère cholostatique
40- CAT devant un syndrome dysentérique ( amibiase intestinale )
41- CAT devant une hépathomégalie
42- CAT devant une douleur épigastrique
43- CAT devant une proctalgie ( hémorroïde, abcès, fissure )
44- CAT devant une ascite
45- CAT devant une hépatite fulminante
46- CAT devant une dysphagie
47- L’ascite de grande abondance
48- Les conduites suicidaires
49- CAT devant une confusion mentale
50- CAT devant une méningite à liquide clair de l’adulte
51- CAT devant une méningite purulente de l’adulte
52- CAT devant une myélite aigue
53- CAT devant une hypertension intra-crânienne
54- CAT devant une morsure, une griffure
55- La fièvre typhoïde grave
56- L’oeil rouge
57- Les bronchiolites aiguës du nourrisson.
58- La staphylococcie pleuro-pulmonaire .
59- La détresse respiratoire du nouveau-né
60- Le syndrome hémorragique du nouveau-né
61- L’ictère du nouveau-né
62- La dyspnée laryngée du nourrisson
63- La fièvre aiguë du nourrisson
64- Les convulsions du nourrisson (fébriles et apyrétiques)
65- Les méningites purulentes du nourrisson :
épidémiologie. diagnostic, formes cliniques, traitement
66- La déshydratation aiguë du nourrisson
67- L’intoxication salicylée du nourrisson
68- L’insuffisance cardiaque du nourrisson
69- Le purpura fulminant de l'enfant
70- L’hémorragie digestive du nourrisson et de l'enfant
71- La noyade.
72- CAT devant une urticaire aiguë
73- CAT devant un syndrome de Lyell
74- CAT devant une anurie
75- CAT devant une hypercalcémie
76- CAT devant une hyperkaliémie
77- CAT devant une acidose métabolique
78- CAT devant une alcalose métabolique
79- CAT devant une hyponatrémie
80- CAT devant une hypernatrémie
14
EPREUVE D'ADMISSIBILITE
CHIRURGIE
1- Les fractures du bassin :
anatomie pathologique, classification
2- Les fractures du cotyle :
anatomie pathologique, classification, complications, bases thérapeutiques .
3- Les fractures du col du fémur :
anatomie pathologique et classification. complications
4- Les fractures du fémur:
anatomie pathologique et classification,complications
5- Les fractures de l'extrémité distale du fémur :
anatomie pathologique, classification, complications
6- Les fractures du massif trochantérien :
anatomie pathologique, classification, complications
7- Les fractures des plateaux tibiaux :
anatomie pathologique, classification, complications
8- Les lésions méniscales du genou :
anatomie pathologique, diagnostic
9- Les fractures de la diaphyse humérale :
diagnostic et traitement
10-Les fractures de l'extrémité distale de l'humérus :
anatomie pathologique, classification, complications
11-La gonarthrose fémoro-tibiale sur déviation axiale :
diagnostic et traitement
12-Les lésions dégénératives de la coiffe des rotateurs :
diagnostic et traitement
13-Les fractures pathologiques :
diagnostic et traitement
14-Le syndrome du canal carpien :
diagnostic et traitement
15-La fracture de Pouteau-Colles :
diagnostic et traitement, complications
16- La fracture du scaphoïde carpien :
diagnostic et traitement, complications
17-Le cancer de l’oesophage
18- Le mégaoesophage idiopathique :
diagnostic et traitement
19- Les complications chirurgicales de la hernie hiatale
20- Le cancer de l'estomac
21- La lithiase vésiculaire :
physiopathologie, diagnostic et traitement
15
22- Le cancer des voies biliaires extra-hépatiques
23- L’ictère rétentionnel de l'adulte :
diagnostic et principes du traitement
24- Le kyste hydatique du foie
25- Le cancer du pancréas
26- Les hernies de l’aine
27- Les éventrations post-opératoires
28- Le cancer du colon
29- Le prolapsus rectal :
diagnostic et traitement
30- Les cancers du rectum et de l’anus
31- L’adénome de la prostate
32- Le cancer de la prostate
33- Le cancer du rein
34- Les grosses bourses :
diagnostic étiologique et traitement
35- Les sténoses de l'urètre
36- Les Uropathies malformatives :
circonstances de découverte et éléments diagnostiques
37- Les tumeurs de la vessie
38- Le cancer du testicule
39- La lithiase urinaire
40- Les otites moyennes chroniques
41- L’otite moyenne aiguë
42- Le cancer de la langue
43- Le cancer du larynx
44- Les goitres diffus et les nodules thyroïdiens
45- Le cancer de la thyroïde
46- Le cancer du cavum
47- Le glaucome primitif à angle fermé
48- La cataracte sénile :
diagnostic, pronostic et traitement
49- Le kyste hydatique du poumon :
épidémiologie, physiopathologie, diagnostic et traitement
50- La hernie discale cervicale :
diagnostic positif et traitement
51- Les hydrocéphalies de l’enfant :
diagnostic positif et traitement
52- Les tumeurs sus-tentorielles de l’enfant :
diagnostic positif et traitement
53- Les tumeurs de l’angle ponto-cérébelleux :
diagnostic positif et traitement
16
54- Les tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l’enfant :
diagnostic positif, anatomo-pathologie et traitement
55- Les varices des membres inférieurs
56- Le cancer du sein
57- Le cancer du col de l’utérus
58- Le cancer de l’endomètre
59- Les tumeurs de l’ovaire
60 Les fibromes utérins
17
EPREUVE D'ADMISSION
CHIRURGIE
Diagnostic et traitement ou conduite à tenir
1 Les occlusions intestinales aiguës
2- Le volvulus du sigmoïde
3- La hernie inguinale étranglée
4- La contusion de l’abdomen
5- Les brûlures caustiques oeso-gastriques
6- Les plaies pénétrantes de l’abdomen
7- Les plaies thoraco-abdominales
8- L’ulcère gastro-duodénal perforé
9- L’ulcère gastro-duodénal sténosant
10- L’ulcère gastro-duodénal hémorragique
11- Les hématémèses par rupture de varices oesophagiennes
12- Les complications de la lithiase biliaire
13- L’angiocholite aiguë lithiasique
14- Les abcès du foie
15- La pancréatite aiguë biliaire
16- L’invagination intestinale aiguë du nourrisson
17- L’appendicite aiguë
18- Les péritonites aiguës généralisées
19- L’hémorragie digestive haute
20- L’hémorragie digestive basse
21- La grossesse extra-utérine
22- La rupture utérine
23- L’hémorragie de la délivrance
24- L’hématome rétro-placentaire
25- Le placenta praevia
26- La torsion du testicule et de ses annexes
27- La rupture traumatique de l'urètre
28- La rétention vésicale complète
29- La trachéotomie :
technique, indications
30- Le glaucome aigu à angle fermé
31- Le polytraumatisé :
conduite à tenir sur les lieux de l'accident
32- La contusion thoracique
33- La rupture diaphragmatique
34- l’ischémie aiguë des membres inférieurs
35- L’anévrysme de l'aorte abdominale sous-rénale
18
36- Les traumatismes du rachis lombaire :
diagnostic et traitement
37- La sciatique paralysante :
diagnostic et traitement
38- La compression médullaire cervicale :
diagnostic et traitement
39- La compression médullaire dorsale :
diagnostic et traitement
40- Les hémorragies méningées :
diagnostics, positif et étiologique , traitement
41- Les plaies crânio-cérébrales :
diagnostic, formes cliniques, traitement
42- L’hématome extra-dural :
diagnostic et traitement
43- Les entorses de la cheville :
lésions anatomopathologiques, classification, diagnostic et traitement
44- Les Lésions ligamentaires récentes du genou:
anatomie pathologique, diagnostic
45- Les fractures ouvertes de jambe :
anatomie pathologique, diagnostic et traitement, complications
46- L’Ostéomyélite aiguë :
diagnostic et traitement, complications
47- Les fractures des deux os de l'avant bras :
diagnostic et traitement
48- Le syndrome de Volkmann :
diagnostic et traitement, complications
49- La fracture supra-condylienne de l'enfant :
diagnostic et traitement, complications
50- Les fractures bimalléolaires
anatomie pathologique, classification , complications
51- Les luxations de l’épaule :
anatomie pathologique, classification , diagnostic et traitement
53- La luxation postérieure de la hanche
54- Les plaies articulaires.
55- Les plaies de la main
56- Le panaris
57- Les plaies des nerfs périphériques
58- Le phlégmon de la main
59- Les luxations radio-carpiennes
60- Les arthrites septiques du nourrisson et de l’enfant
61- L’épistaxis
62- Les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques spontanés
63- La fracture de l'odontoïde
19
64- L’hématome sous-dural chronique
65- Les traumatismes crâniens
66- Les traumatismes du rachis cervical
67- Les traumatismes du rachis dorso-lombaire
68- Le syndrome de la queue de cheval
69- L’hypertension intra-crânienne
70- Les abcès cérébraux


Revenir en haut
Jenanesbil
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 04 Avr 2008
Messages: 201
Localisation: Ard Allah
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 19 Jan 2011 - 23:21    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

S'il vous plait est ce que quelqu'un a de bons résumés de biologie du programme de Casablanca jazakom Allah khayr
_________________
نعيب زماننا والعيب فينا وما لزماننا عيب سوانا ونهجو ذا الزمان بغير ذنب ولو نطق الزمان لنا هجانا


Revenir en haut
siwsiwa
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 06 Oct 2010
Messages: 91
Point(s): 4
Moyenne de points: 0,04

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 00:05    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

nohad a écrit:
slm tout le monde, svp est ce ke kelkun a le résumé de l'anatomie du coeur?



Complications des hernies hiatal :
1/introduction :
HH :passage d’une portion de l’estomac ou de la jonction oesogastrique a travers l’hiatus oesophagiens dans le médiastin, 3types :
*Hernie hiatal par glissement (90/100) :cardia et estomac dans le médiastin.
*Hernie hiatal par roulement :cardia en place .
*Hernie hiatal mixte.
2/complications des hernies hiatales :
A/par glissement ---reflux gastrooesophagiens :
(hernie hiatal par glissement elle seule ne donne pas de reflux sauf s’il est associé a une hypotonie de SIO)
RGO :est défini par la remonté passif et sans effort de contenu gastrique dans l’oesphage a travers le cardia.
Diagnostique :
Clinique :
*Tableau typique :
1/pyrosis :maitre symptome :douleur epigatrique rétrosternal ascendate type brulure qui survien en postprondial ou en antéflexion.
2/régurgitation :montée des aliments par la bouche sans effort de vomissement.
3/odynophagie.
4/hypersalivation.
*Tableau atypique :
ORL :dysphonie de petit mati,
Cardiaque :AP.
Bronchopulmonaire :asthme.
Le RGO peut donner a son tour des complications qui vont se manifester cliniquement (hémorragie) ou révélé a l’endoscopie :
(50/100 :aspect normal.)
1-oesophagite par reflux.
2-ulcére oesophagiens,ulcére de barret.
3-endobrachyoesophage :processus de cicatrisation durant lequelle la muquese malphigiens ulcéré sera remplacé par une muquese cylindrique glandulaire.
4-sténose peptique.
5-ADKde l’œsophage.
6-hémorragie oesophagienne.
L’endoscopie permet également d’apprécier la gravité :
Classification de Savary Miller :
Stade 1 : érosion unique non confluente.
Stade 2 : érosion confluente mais non circonférentielle.
Stade3 : érosion circonférentielle.
Stade4 :ulcère profond +sténose.
TOGD permet de visualiser l’HH.
B/par roulement :étranglement herniaire,ulcére de collet.
Etranglement herniaire :douleur épigastrique,vomissement,intolérance alimentaire,dyspnée collapsus.
A l’ASP :niveau hydroaérique a cheval sur la coupoule diaphragmatique.
3/Traitment :
HHpar glissement :
a/buts :reconstituer l’anatomie de cardia et renforcer la barriére antireflux.
Technique :
Fundoplicature :
1/Nissen par chirugie conventionelle ou coelioscopie :comporte une reposition de cardia en intra abdominal,fermeture de hiatus oesphagiens par rapprochement des piliers ensuite un manchonnage de l’œsophage abdominal par la grosse tubérosité de l’estomac.
2/toupet :reposition de cardia et fermeture de l’hiatus ,manchonnage de l’œsophage a 180degré,(partie postérieur uniquement .
La chirurgie indiqué si echec de traitement médical de RGO ou complications si non traitement médical :Mesure hygiéno diététique,médicament topique,prokinétique ,et les antiacides.
Endoscopie indiqué si sténose peptique associé.
2HH par roulemlent.
Mesure de réanimation ;lever l’agent d’étranglement et traitement des lésions associés


Revenir en haut
siwsiwa
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 06 Oct 2010
Messages: 91
Point(s): 4
Moyenne de points: 0,04

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 00:07    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

siwsiwa a écrit:
nohad a écrit:
slm tout le monde, svp est ce ke kelkun a le résumé de l'anatomie du coeur?

19. le cœur : configuration extérieure, configuration intérieure et vascularisation

 Le coeur est une pyramide triangulaire, placé dans la cavité thoracique au niveau du médiastin antérieur et inférieur selon un axe normalement oblique de haut en bas, de droit à gauche et d'arrière en avant,
 Limité latéralement, par les 2 poumons.
 Intérêt : pathologie cardiaque et surtout l’infarctus du myocarde

I- configuration extérieure :
 le coeur possède 3 faces, 3 bords, une base et un sommet.
 formé de 4 parties :
o les oreillettes droite et gauche en arrière
o et les ventricules droit et gauche en avant.
 ces 4 parties sont limitées sur la surface extérieure du coeur par des sillons : inter ventriculaire, inter auriculaire et inter auriculo-ventriculaire.

1- Les faces du cœur :
La face antérieure ou sterno-costale
 regarde en avant, en haut et à droite.
 divisée en 2 segments par le sillon auriculo-ventriculaire :
o Le segment ventriculaire présente 2 zones :
- une zone ventriculaire convexe divisée en 2 champs gauche (petit) et droit (grand) par le sillon inter ventriculaire antérieur.
- une zone artérielle limitée en arrière par une partie du sillon auriculo-ventriculaire et occupée par les orifices aortique (à droite et en arrière) et pulmonaire (en avant et à gauche).
o Le segment auriculaire présente dans sa partie moyenne une gouttière qui reçoit l'origine de l'aorte et de l'artère pulmonaire. Le fond de la gouttière répond à la cloison inter auriculaire. Les oreillettes présentent chacune un prolongement en avant : les auricules.
- L'auricule droit : bien visible et enroulé sur la face droite de l'aorte
- L'auricule gauche : plus long, s'enroule sur la face gauche de l'artère pulmonaire.

La face inférieure ou diaphragmatique :
 légèrement convexe et inclinée en bas et en avant.
 divisée en 2 segments par le sillon auriculo-ventriculaire :
o Le segment ventriculaire : divisé en 2 champs par le sillon inter ventriculaire postérieur : le droit plus important et le gauche.
o Le segment auriculaire : présente à droite l'orifice de la Veine Cave inférieure.

La face latérale ou pulmonaire :
 convexe et regarde en arrière et à gauche.
 présente 2 segments :
o en avant le ventricule gauche
o et en arrière l'oreillette gauche et l'auricule gauche.

2- Les bords du cœur :
 séparent les 3 faces du cœur.
 au nombre de 3 : un droit et deux gauches, convergeant vers l’apex.


3- La base du cœur :
 constituée uniquement par les oreillettes.
 regarde en arrière, légèrement à droite et en haut,
 divisée en 2 segments par le sillon inter auriculaire :
o A gauche : la face postérieure de l'oreillette gauche avec les orifices des 4 veines pulmonaires sup. et inf. droites et gauches, entre lesquelles on note une légère dépression verticale qui répond au cul-de-sac péricardique de Haller.
o A droite : aspect fusiforme à grand axe vertical formé par la face postérieure de l'oreillette droite et la terminaison des Veines Caves sup. et inf.

4- Le sommet du cœur : pointe ou apex du coeur
 constitué uniquement de la pointe du ventricule gauche, car l'union entre sillon inter ventriculaire antérieur et postérieur se faisant à droite de la pointe.
 situé au niveau du 5ème espace intercostal (mamelon).

II- configuration intérieure :
 le coeur possède 4 cavités : 2 ventricules et 2 oreillettes.
 les cavités droites sont séparées des cavités gauches par une cloison inter auriculaire et inter ventriculaire

A- la cloison inter ventriculaire :
 triangulaire, sa base se continue avec la cloison inter auriculaire.
 formée de 2 parties :
o antérieure : musculaire et épaisse, elle donne naissance à droite au pilier interne de la tricuspide.
o postérieure : membraneuse et très mince, elle n'est pas entièrement inter ventriculaire mais aussi inter auriculo-ventriculaire à sa base, entre oreillette droite et ventricule gauche.
B- la cloison inter auriculaire :
 membrane mince oblique qui sépare les 2 oeillettes.
 la face droite présente en son centre une dépression en cul de sac : la fosse ovale, limitée en haut et en avant par l'anneau de Vieussens.
 la face gauche présente une dépression en regard de la fosse ovale, limité en avant par un repli semi-lunaire à concavité antérieure et supérieure

→ Habituellement ces cloisons sont fermées et empêchent le cœur droit et le cœur gauche de communiquer entre eux, mais on peut avoir une CIA ou une CIV par défaut d’accolement lors du développement embryonnaire.

C- les ventricules :
 2 cavités pyramidales, en avant des oreillettes, séparé par la cloison inter ventriculaire.
 La base de chaque ventricule est occupé par de 2 orifices : auriculo-ventriculaire et artériel.
L'orifice auriculo-ventriculaire : met en communication chaque ventricule avec l'oreillette du même côté. Muni d'une valve découpée en plusieurs valvules.
Chaque valvule présente :
- une face axiale lisse,
- une face pariétale où s'insèrent les cordages tendineux,
- une base adhérant à l'anneau fibreux de l'orifice
- et un bord libre.
L'orifice artériel : fait communiquer le ventricule droit avec l'artère pulmonaire et le gauche avec l'aorte. Fermé de 3 valvules sigmoïdes dont le bord libre est pourvu d'un nodule fibreux.
Paroi des ventricules :
 plus épaisses que celles des oreillettes,
 parcourues par de nombreuses saillies musculaires ou colonnes charnues : de 3 ordres
o Les colonnes charnues de 1er ordre : piliers du coeur ou muscles papillaires
- unis par leur base à la paroi ventriculaire.
- leur sommet donne attache aux cordages tendineux qui se terminent sur les valvules auriculo-ventriculaires (les cordages tendineux de 1er ordre vont au bord adhérant de la valvule, ceux de 2ème ordre à la face pariétale et ceux de 3ème ordre au bord libre)
o Les colonnes charnues de 2ème ordre : unies à la paroi du ventricule par leurs 2 extrémités et libres sur le reste de leur étendue.
o Les colonnes charnues de 3ème ordre : adhèrent a la paroi sur toute leur longueur.

1- le ventricule droit :
Il a la forme d'une pyramide triangulaire: 3 parois, 1 base et 1 sommet.
La paroi antérieure :
 correspond à la face sterno-costale du coeur.
 sa partie moyenne donne attache au pilier antérieur de la tricuspide dont la plupart des cordages se terminent sur la valvule antérieur et quelques uns sur la valvule inférieure
 sa partie supérieure correspond à la paroi antérieure de l'infundibulum pulmonaire.

La paroi inférieure :
 correspond à la face diaphragmatique du coeur.
 donne attache au pilier inférieur de la tricuspide dont les cordages se terminent sur la valvule inférieure et la partie basse de la valvule interne.

La paroi interne :
 correspond à la face droite de la cloison inter ventriculaire.
 donne attache au pilier interne de la tricuspide, dont les cordages vont à la partie haute de la valvule interne et la partie interne de la valvule antérieure.

Dans le ventricule droit il y a une importante colonne charnue de 2ème ordre: la bandelette ansiforme, qui se détache de la face interne de la base de du pilier antérieur et s'étend entre la paroi antérieure et interne

Le sommet : cloisonné par de nombreuses colonnes charnues de 2ème et 3ème ordre donnant un "aspect caverneux".
La base : occupé par
 L'orifice auriculo-ventriculaire droit ou tricuspide :
o met en communication le ventricule droit avec l'oreillette droit
o regarde en arrière et à droite.
o fermé par la valve tricuspide qui possède 3 valvules : antérieure, inférieure et interne.
 L'orifice de l'artère pulmonaire
o fait communiquer le ventricule droit avec l'artère pulmonaire
o occupe la partie supérieure de l'infundibulum pulmonaire, au dessus en avant de l'orifice tricuspide.
o regarde en haut, en arrière et un peu à gauche.
o fermé de 3 valvules sigmoïdes (antérieure, postérieure droite et postérieure gauche) dont le bord libre est pourvu du nodule de Morgagni.
Les deux orifices du ventricule droit sont séparés par une saillie musculaire: l'éperon de Wolff.

2- le ventricule gauche
Il a la forme d'un cône aplati transversalement : 2 parois, 1 sommet et 1 base.
La paroi droite :
 correspond au septum inter ventriculaire.
 parcourue en avant de colonnes charnues et reste lisse en arrière.

La paroi gauche :
 parcourue de nombreuses colonnes charnues sauf en arrière.
 donne attache aux 2 piliers de la valve mitrale :
o un pilier antérieur : dont les cordages vont à la moitié antérieure des 2 valvules mitrales.
o un pilier postérieur : dont les cordages vont à la moitié postérieure des 2 valvules mitrales.

Le sommet :
 correspond à la pointe du coeur
 recouvert d'un réseau de colonnes charnues de 2ème et 3ème ordre donnant un aspect aréolaire.

La base : entièrement occupée par :
 l'orifice auriculo-ventriculaire gauche ou mitral :
o met en communication le ventricule gauche avec l'oreillette gauche
o regarde en haut, en arrière et à droite.
o fermé par la valve mitrale formée de 2 valvules :
- une valvule droite ou grande valvule
- une valvule gauche ou petite valve
 l'orifice aortique
o fait communiquer le ventricule gauche avec l'aorte.
o situé en avant et à droite de l'orifice mitral, en arrière de l'orifice pulmonaire.
o fermé par 3 valvules sigmoïdes dont le bord libre est pourvu du nodule d'Arantius.

D- les oreillettes :
 leur paroi est plus mince que celle des ventricules.
 forme cubique à 6 faces :
1- oreillette droite :
 Paroi externe : parcourue de colonne charnues de 3ème ordre (les muscles pectinés)
 Paroi interne : correspond à la cloison inter auriculaire
 Paroi supérieure : présente en arrière l'orifice de la veine cave supérieure
 Paroi inférieure : creusé par 2 orifices :
o en arrière par : l'orifice de la veine cave inférieure avec la valvule d'Eustachi sur son bord antérieur.
o en avant et en dedans de l'orifice de la VCI par : l'orifice du sinus coronaire avec la valvule de Thébésius sur son bord externe.
 Paroi antérieure : correspond à l'orifice tricuspide.
 Paroi postérieure : lisse, présente une saillie transversal dans l'espace inter cave : le tubercule de Lower.

2- oreillette gauche :
 Paroi externe : lisse, l'auricule gauche s'ouvre à l'union de la paroi externe et de la paroi antérieure.
 Paroi interne : correspond à la cloison inter auriculaire,
 Parois supérieure et inférieure: étroites et lisses
 Paroi postérieure : présente les 4 orifices des veines pulmonaires.
 Paroi antérieure : occupée par l'orifice mitral et celui de l'auricule droit.
III- vascularisation :
 la vascularisation artérielle du cœur est de type terminale, assurée par l'artère coronaire droite et gauche.
 les veines cheminent à la surface du cœur et s'abouchent dans le sinus coronaire.

A- artérielle :
1- L'artère coronaire gauche
 naît de l'aorte au dessus de la valvule sigmoïde gauche.
 chemine entre l'artère pulmonaire et l'auricule gauche, jusqu'à l'extrémité supérieure du sillon inter ventriculaire antérieure où elle se divise en 2 branches terminales :
o l'artère inter ventriculaire antérieure : passe dans le sillon inter ventriculaire antérieur vers l'apex, puis elle tourne sur la surface diaphragmatique où elle s'anastomose avec l'artère inter ventriculaire postérieure. Elle donne
- des artères ventriculaires pour la paroi antérieure des ventricules.
- et des artères septales antérieures.
o l'artère circonflexe ou artère auriculo-ventriculaire : s'engage à gauche dans le sillon auriculo-ventriculaire, contourne le bord du cœur et se termine a la face postérieure en donnant
- des branches au ventricule et à l'oreillette gauches.
- des branches qui s'anastomosent avec celles de l'artère coronaire droite
 elle donne aussi des rameaux vasculaires, en particulier l'artère graisseuse gauche pour la graisse de la face antérieure de l'artère pulmonaire.

2- L'artère coronaire droite
 plus volumineuse, naît au dessus de la valvule sigmoïde droite.
 chemine entre artère pulmonaire et auricule droite, s'engage à droite dans le sillon auriculo-ventriculaire, contourne le bord droit du coeur, passe dans le sillon inter ventriculaire postérieur et donne les branches suivantes :
o des branches qui s'anastomosent avec celles de l'artère circonflexe.
o l'artère inter ventriculaire postérieure : qui donne.
- des rameaux pour la surface diaphragmatique des 2 ventricules.
- et des artères septales postérieures
 elle donne près de son origine des collatérales :
o des rameaux vasculaires, notamment l'artère graisseuse droite dans la graisse pré aortique.
o des artères auriculaires antérieures
o des rameaux auriculaires et ventriculaires qui naissent dans le sillon auriculo-ventriculaire :
- rameaux auriculaires du bord droit et face postérieure de l'oreillette droite,
- rameaux ventriculaires : l'artère du bord droit

B- veineuse :
Grande veine coronaire et sinus coronaire :
 naît à la pointe du coeur, parcourt le sillon inter ventriculaire antérieur à gauche de l'artère, s'infléchit à gauche dans le sillon auriculo-ventriculaire, contourne le bord gauche du coeur pour se terminer en regard de la face inférieure de l'oreillette droite par le sinus coronaire
 à la jonction veine, sinus coronaire on retrouve la valvule de Vieussens.
 Le sinus coronaire reçoit des afférences de tout le cœur :
o veine oblique de l'oreillette gauche ou veine de Marshall
o veine inférieure du ventricule gauche,
o veine inter ventriculaire inférieure
o et la petite veine coronaire qui suit l'artère coronaire droite depuis le bord droit du coeur.
Les petites veines cardiaques :
 viennent de la face antérieure du ventricule droit et s'abouchent dans l'oreillette droite
 La veine du bord droit est le plus importante.
Les veines de Thébésius ou veines minimes du cœur : viennent des parois du coeur et s'ouvrent dans les cavités voisines.

C- Lymphatique :
Suivent le trajet des artères et se drainent dans un réseau sous péricardique qui donne 2 troncs collecteurs principaux, droit et gauche.
 Le tronc collecteur principal antérieur gauche : se termine dans un ganglion trachéo-bronchique inférieur.
 Le tronc collecteur principal antérieur droit : se termine dans un ganglion du centre médiastinal antérieur gauche

IV- conclusion :
 La pathologie touchant la vascularisation cardiaque représente ½ des pathologies cardiaques.
 Il y a très peu d’anastomose entre les différentes branches coronaires et chaque branche vascularise un territoire fermé, donc pas de suppléance possible.
 Une absence d’irrigation artérielle partielle entraîne des angines de poitrine à l’effort
 Si absence totale de vascularisation : infarctus du myocarde
 Moyens d’évaluation : examen général, ECG, scintigraphie, coronarographie.


Complications des hernies hiatal :
1/introduction :
HH :passage d’une portion de l’estomac ou de la jonction oesogastrique a travers l’hiatus oesophagiens dans le médiastin, 3types :
*Hernie hiatal par glissement (90/100) :cardia et estomac dans le médiastin.
*Hernie hiatal par roulement :cardia en place .
*Hernie hiatal mixte.
2/complications des hernies hiatales :
A/par glissement ---reflux gastrooesophagiens :
(hernie hiatal par glissement elle seule ne donne pas de reflux sauf s’il est associé a une hypotonie de SIO)
RGO :est défini par la remonté passif et sans effort de contenu gastrique dans l’oesphage a travers le cardia.
Diagnostique :
Clinique :
*Tableau typique :
1/pyrosis :maitre symptome :douleur epigatrique rétrosternal ascendate type brulure qui survien en postprondial ou en antéflexion.
2/régurgitation :montée des aliments par la bouche sans effort de vomissement.
3/odynophagie.
4/hypersalivation.
*Tableau atypique :
ORL :dysphonie de petit mati,
Cardiaque :AP.
Bronchopulmonaire :asthme.
Le RGO peut donner a son tour des complications qui vont se manifester cliniquement (hémorragie) ou révélé a l’endoscopie :
(50/100 :aspect normal.)
1-oesophagite par reflux.
2-ulcére oesophagiens,ulcére de barret.
3-endobrachyoesophage :processus de cicatrisation durant lequelle la muquese malphigiens ulcéré sera remplacé par une muquese cylindrique glandulaire.
4-sténose peptique.
5-ADKde l’œsophage.
6-hémorragie oesophagienne.
L’endoscopie permet également d’apprécier la gravité :
Classification de Savary Miller :
Stade 1 : érosion unique non confluente.
Stade 2 : érosion confluente mais non circonférentielle.
Stade3 : érosion circonférentielle.
Stade4 :ulcère profond +sténose.
TOGD permet de visualiser l’HH.
B/par roulement :étranglement herniaire,ulcére de collet.
Etranglement herniaire :douleur épigastrique,vomissement,intolérance alimentaire,dyspnée collapsus.
A l’ASP :niveau hydroaérique a cheval sur la coupoule diaphragmatique.
3/Traitment :
HHpar glissement :
a/buts :reconstituer l’anatomie de cardia et renforcer la barriére antireflux.
Technique :
Fundoplicature :
1/Nissen par chirugie conventionelle ou coelioscopie :comporte une reposition de cardia en intra abdominal,fermeture de hiatus oesphagiens par rapprochement des piliers ensuite un manchonnage de l’œsophage abdominal par la grosse tubérosité de l’estomac.
2/toupet :reposition de cardia et fermeture de l’hiatus ,manchonnage de l’œsophage a 180degré,(partie postérieur uniquement .
La chirurgie indiqué si echec de traitement médical de RGO ou complications si non traitement médical :Mesure hygiéno diététique,médicament topique,prokinétique ,et les antiacides.
Endoscopie indiqué si sténose peptique associé.
2HH par roulemlent.
Mesure de réanimation ;lever l’agent d’étranglement et traitement des lésions associés


Revenir en haut
Lady H
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2010
Messages: 39
Sexe: féminin
Point(s): 2
Moyenne de points: 0,05

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 00:34    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

hello!!!
RESIDANAT casa le 22 fevrier !!!!consultez le site de la faculté de casa pour plus d'info
SVP SVP j ai besoin des cours de casa !!je vs laisse mon email z-hasnaa@live.fr


GOOD LUCK


Revenir en haut
badrigoal
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2010
Messages: 68
Localisation: rabat
Sexe: masculin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 00:55    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant



Revenir en haut
badrigoal
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2010
Messages: 68
Localisation: rabat
Sexe: masculin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,01

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 12:31    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

J - 33

Revenir en haut
Kiwi66
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 24
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 13:20    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

svp je cherche ces cours urgent Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
-les testicules
-les artères rénales
-le cerveau
-l'hématose
-la bronchomotricité
-les antibiotiques
-les déficits immunitaires primitifs
-les polynucleaires
-les lymphocytes
-le globule rouge
-les métastases cancéreuses
-le granulome inflammatoire
-les fonctions hépatiques
-la circulation sanguine
-la physiologie de la sensibilité
-la physiologie du système pyramidal
-la physiologie extra pyramidal
-la physiologie du cervelet
-la physiologie de la miction
-la physiologie testiculaire
-la physiologie de l'erection
-la physiologie de la douleur
-la physiologie du LCR
-la physiologie de l'epileptogenese
-la physiologie de l'ischemie cérébrale


Revenir en haut
Guennoun82
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2010
Messages: 209
Sexe: masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 15:05    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

La Bronchomotricité :



PLAN :


I. Introduction :

II. Régulation nerveuse :
A. Les voies afférentes sensitives : Bronchosensibilité.

B. Les voies efférentes motrices :
III. Régulation humorale :

IV. Exploration de la bronchomotricité :

V. Conclusion :




La Bronchomotricité :



I. Introduction :
La bronchomotricité est l’ensemble des modifications du calibre bronchique, résultant de la variation des fibres musculaires lisses.
Ces fibres musculaires s’étendent tout au long de l’arbre aérien depuis la trachée jusqu’aux canaux alvéolaires.
Le calibre bronchique est modulé par deux types de commandes nerveuse et humorale.
Intérêts de l’étude de la bronchomotricité :
- Permet la compréhension des troubles de la ventilation dus à une bronchoconstriction, qui même d’une petite voie aérienne peut aboutir à un collapsus d’une partie du poumon.
- Fréquence des maladies broncho-pulmonaires obstructives : asthme…, et leur retentissement socio économique ; ainsi l’étude de la bronchomotricité permettrait la bonne prise en charge thérapeutique.
- Explorable par l’EFR qui permet d’évaluer la sévérité de la maladie broncho obstructives.

II. Régulation nerveuse :
A. Les voies afférentes sensitives : Bronchosensibilité.

• L’innervation sensitive est sous la dépendance du nerf X.
• Au niveau de l’épithélium bronchique se fait le départ des fibres sensitives qui possèdent 2 récepteurs mécaniques et polymodaux.
• Ces récepteurs sont sensibles à plusieurs stimuli :
- Stimulus mécanique : si contact avec épithélium bronchique ex : Intubation pour ventilation artificielle ; fibroscopie bronchique.
- Stimulus chimique : vapeurs toxiques ; substances inhalées (fumée de tabac, aérosols).
- Stimulus physique : l’air froid, sec.
• Ces récepteurs vont envoyer un influx vers les centres du bulbe rachidien, sa voie de conduction est le nerf X qui véhicule aussi les voies efférentes.
• La réponse à l’influx :
- Bronchodilatation : par inhibition de la voie parasympathique = mécanorécepteurs.
- Bronchoconstriction : par stimulation du sympathique = récepteur polymodaux.

B. Les voies efférentes motrices :
1. Le système cholinergique (Parasympathique) :
• La stimulation du parasympathique peut être centrale : stress, rire… ; ou locale par les récepteurs de l’irritation.
• Le nerf vague achemine l’information jusqu’aux relais ganglionnaire au niveau de la paroi bronchique => court neurone post ganglionnaire => organes cibles : le muscle lisse et glandes.
• Le neuromédiateur de la transmission cholinergique = acétylcholine, cette stimulation est potentialisée par les inhibiteurs du cholinestérase et inhibée par l’atropine.

L’action bronchodilatatrice des atropiniques est utilisée dans le traitement de l’asthme

• La réponse à cette stimulation est une bronchoconstriction rapide et spontanément réversible, avec sécrétion de mucus par les glandes sous muqueuses.

Cette réponse est amplifiée chez les personnes asthmatiques entrainant une broncho obstruction.

2. Le système adrénergique :
• L’innervation sympathique est issue des 6 premiers segments de la moelle dorsale.
• Le neuromédiateur = les catécholamines : adrénaline(A), et la noradrénaline (NA) qui n’agit sur les bronches que si sa libération est très importante pour échapper aux terminaisons nerveuses et passer à la circulation.
• Le muscle lisse bronchique possède une grande concentration de récepteurs bronchiques du système adrénergique :
- Les récepteurs β² : prédominant et dont la stimulation => Bronchodilatation.
- Les récepteurs  : dont la stimulation => une bronchoconstriction.

Les β² adrénergiques sont des médicaments largement utilisés dans le traitement de l’asthme.

3. Le système NANC :
Comporte une double composante :
• Bronchodilatatrice : les principaux neuromédiateurs : VIP (Vaso-actif Intestinal Peptide) ; ATP ; Peptidine ; Histidine ; Méthionine ; Isoleucine.
Sont rapidement métabolisés expliquant leur action bronchodilatatrice brève.

L’ATP est rapidement métabolisée en ADP qui exerce une activité broncho constrictrice inhibée par la théophylline.

• Bronchoconstriction : les neuromédiateurs = la substance P, les neurokines A et B et la CGRP (Calcitonine Gène Related Peptide).

III. Régulation humorale :
• En dehors du système nerveux autonome, la régulation de la bronchomotricité repose sur des facteurs humoraux = les médiateurs chimiques.
• La fixation d’un allergène sur 2 molécules voisines d’IgE, préalablement fixées sur les mastocytes, entraine une activation membranaire avec entrée de Ca2+ dans la cellule et la libération des médiateurs chimiques, spasmogènes pour la plupart, et qui sont de 2 types :
- Les médiateurs préformés ou granulaires : Histamine, Sérotonine, facteurs chémotactiques des éosinophiles (ECF), et facteurs chémotactiques des neutrophiles.
- Les médiateurs néoformés ou membranaires : facteurs activant les plaquettes (PAF), Leucotriène, et prostaglandines.
NB : les prostaglandines F et D sont bronchoconstrictrices, par contre les prostaglandines E sont bronchodilatatrices.

Les corticoïdes agissent en inhibant le métabolisme des leucotriènes et des prostaglandines.





IV. Exploration de la bronchomotricité :
Les moyens d’explorations de la bronchomotricité les plus utilisés :
• Gaz du sang
• EFR
• Etude des paramètres de la mécanique ventilatoire.
• Bronchoscopie
• Tests cutanés
• Dosage des IgE spécifiques
• Test de dégradation des basophiles chez les patients allergiques.

V. Conclusion :
L’étude de la régulation de la bronchomotricité trouve tout son intérêt dans la compréhension des pathologies broncho obstructives. Ainsi, la bonne connaissance des 2 commandes nerveuse et humorale de la bronchomotricité a permit une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique essentiellement dans la maladie asthmatique.


Revenir en haut
Guennoun82
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2010
Messages: 209
Sexe: masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 15:06    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

La Bronchomotricité :




I. Introduction :

La bronchomotricité est l’ensemble des modifications du calibre bronchique, résultant de la variation des fibres musculaires lisses.
Ces fibres musculaires s’étendent tout au long de l’arbre aérien depuis la trachée jusqu’aux canaux alvéolaires.
Le calibre bronchique est modulé par deux types de commandes nerveuse et humorale.
Intérêts de l’étude de la bronchomotricité :
- Permet la compréhension des troubles de la ventilation dus à une bronchoconstriction, qui même d’une petite voie aérienne peut aboutir à un collapsus d’une partie du poumon.
- Fréquence des maladies broncho-pulmonaires obstructives : asthme…, et leur retentissement socio économique ; ainsi l’étude de la bronchomotricité permettrait la bonne prise en charge thérapeutique.
- Explorable par l’EFR qui permet d’évaluer la sévérité de la maladie broncho obstructives.

II. Régulation nerveuse :


A. Les voies afférentes sensitives : Bronchosensibilité.

• L’innervation sensitive est sous la dépendance du nerf X.
• Au niveau de l’épithélium bronchique se fait le départ des fibres sensitives qui possèdent 2 récepteurs mécaniques et polymodaux.
• Ces récepteurs sont sensibles à plusieurs stimuli :

- Stimulus mécanique : si contact avec épithélium bronchique ex : Intubation pour ventilation artificielle ; fibroscopie bronchique.
- Stimulus chimique : vapeurs toxiques ; substances inhalées (fumée de tabac, aérosols).
- Stimulus physique : l’air froid, sec.

• Ces récepteurs vont envoyer un influx vers les centres du bulbe rachidien, sa voie de conduction est le nerf X qui véhicule aussi les voies efférentes.

• La réponse à l’influx :
- Bronchodilatation : par inhibition de la voie parasympathique = mécanorécepteurs.
- Bronchoconstriction : par stimulation du sympathique = récepteur polymodaux.

B. Les voies efférentes motrices :

1. Le système cholinergique (Parasympathique) :

• La stimulation du parasympathique peut être centrale : stress, rire… ; ou locale par les récepteurs de l’irritation.
• Le nerf vague achemine l’information jusqu’aux relais ganglionnaire au niveau de la paroi bronchique => court neurone post ganglionnaire => organes cibles : le muscle lisse et glandes.
• Le neuromédiateur de la transmission cholinergique = acétylcholine, cette stimulation est potentialisée par les inhibiteurs du cholinestérase et inhibée par l’atropine.

L’action bronchodilatatrice des atropiniques est utilisée dans le traitement de l’asthme

• La réponse à cette stimulation est une bronchoconstriction rapide et spontanément réversible, avec sécrétion de mucus par les glandes sous muqueuses.

Cette réponse est amplifiée chez les personnes asthmatiques entrainant une broncho obstruction.

2. Le système adrénergique :

• L’innervation sympathique est issue des 6 premiers segments de la moelle dorsale.
• Le neuromédiateur = les catécholamines : adrénaline(A), et la noradrénaline (NA) qui n’agit sur les bronches que si sa libération est très importante pour échapper aux terminaisons nerveuses et passer à la circulation.
• Le muscle lisse bronchique possède une grande concentration de récepteurs bronchiques du système adrénergique :
- Les récepteurs β² : prédominant et dont la stimulation => Bronchodilatation.
- Les récepteurs : dont la stimulation => une bronchoconstriction.

NC: Les β² adrénergiques sont des médicaments largement utilisés dans le traitement de l’asthme.

3. Le système NANC :

Comporte une double composante :
• Bronchodilatatrice : les principaux neuromédiateurs : VIP (Vaso-actif Intestinal Peptide) ; ATP ; Peptidine ; Histidine ; Méthionine ; Isoleucine.
Sont rapidement métabolisés expliquant leur action bronchodilatatrice brève.

L’ATP est rapidement métabolisée en ADP qui exerce une activité broncho constrictrice inhibée par la théophylline.

• Bronchoconstriction : les neuromédiateurs = la substance P, les neurokines A et B et la CGRP (Calcitonine Gène Related Peptide).


III. Régulation humorale :

• En dehors du système nerveux autonome, la régulation de la bronchomotricité repose sur des facteurs humoraux = les médiateurs chimiques.

• La fixation d’un allergène sur 2 molécules voisines d’IgE, préalablement fixées sur les mastocytes, entraine une activation membranaire avec entrée de Ca2+ dans la cellule et la libération des médiateurs chimiques, spasmogènes pour la plupart, et qui sont de 2 types :

- Les médiateurs préformés ou granulaires : Histamine, Sérotonine, facteurs chémotactiques des éosinophiles (ECF), et facteurs chémotactiques des neutrophiles.
- Les médiateurs néoformés ou membranaires : facteurs activant les plaquettes (PAF), Leucotriène, et prostaglandines.

NB : les prostaglandines F et D sont bronchoconstrictrices, par contre les prostaglandines E sont bronchodilatatrices.

Les corticoïdes agissent en inhibant le métabolisme des leucotriènes et des prostaglandines.



IV. Exploration de la bronchomotricité :


Les moyens d’explorations de la bronchomotricité les plus utilisés :
• Gaz du sang
• EFR
• Etude des paramètres de la mécanique ventilatoire.
• Bronchoscopie
• Tests cutanés
• Dosage des IgE spécifiques
• Test de dégradation des basophiles chez les patients allergiques.

V. Conclusion :

L’étude de la régulation de la bronchomotricité trouve tout son intérêt dans la compréhension des pathologies broncho obstructives. Ainsi, la bonne connaissance des 2 commandes nerveuse et humorale de la bronchomotricité a permit une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique essentiellement dans la maladie asthmatique.


Revenir en haut
Guennoun82
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2010
Messages: 209
Sexe: masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 15:08    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

LA DISSEMINATION CANCEREUSE

PLAN


INTRODUCTION

LA DISSEMINATION LYMPHATIQUE :
I- Voies de cheminement
II- Destinée des cellules dans la lymphe
III- Métastases ganglionnaires
IV- Lymphangiose néoplasique

LA DISSEMINATION HEMATOGENE :
I- Voies de cheminement
II- Destinée des cellules dans le sang
III- Caractères des métas hématogènes

LA DISSEMINATION EXTRA-VASCULAIRE

CONCLUSION
















2
LA DESSIMINATION CANCEREUSE

Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI


INTRODUCTION :
- La dissémination cancéreuse succède à la phase locale au cours de laquelle les cellules cancéreuses
arrivent au contact des vaisseaux, les détruisent et circulent dans le sang ou dans la lymphe, cette
circulation est à l’origine des métastases.

- Une métastase cancéreuse représente le développement ou un autre point de l’organisme, d’autres foyers
tumoraux, à distance du foyer initial, d’abord régional puis général. Caractères généraux :
Fréquence variable selon : * type histologique du Kc If
* Siége du Kc If
. Richesse et disposition
. Mobilité de l’organe
. Exposition aux traumatismes et aux infections.
* Moyen TTT
* Terrain

LA DISSÉMINATION LYMPHATIQUE
I- Voies de cheminement :
- Le transport des cellules cancéreuses dans les voies lymphatiques est pratiquement constant, les
cellules sont entraînées vers les groupes gg res satellites du territoire dans lequel la Tm se développe de
relais en relais, les cellules peuvent atteindre des groupes ggr de plus en plus éloignés.

II- Destinée des cellules dans la lymphe :
- Les cellules véhiculées par la lymphe peuvent y trouver la mort ou pénétrer dans les gg. Dans ce cas
la destinée des cellules est variable :
* certaines y sont détruites.
* D’autres migrent du gg vers le canal thoracique.
→ Retour veineux → grande circulation sanguine→ circulation artérielle.
* D’autres y restent à l’état dormant (g0).
* D’autres se multiplient et réalisent une métastase ggr.

III- Métastases ganglionnaires :
- Dans les gg satellites de la Tm Ive ou à distance du foyer initial.

- Le gg est atteint par deux voies :
→ voie directe : les cellules arrivent par les lymphatiques afférents et atteignent le sinus périphérique
et la corticale.
→ voie rétrograde : lors d’un obstacle (compression, métastase détruisant un gg) les cellules refluent
dans les voies efférentes atteignant le hile d’un gg en amont et réalisant une métastase médullaire.

- Dans ces deux éventualités la métastase ggr se traduit par une infiltration et une destruction des sinus
* Une métastase ggr → ↑du volume → gg palpable, consistance dure, fixé (si extension à la graisse
périganglionnaire)
* Il y a des Kc dites lymphophiles surtout carcinomes : Kc du sein, de l’ovaire, du testicule et des
thyroïdes.
3
IV- Lymphangiose néoplasique :
- C’est une extension massive dans les lymphatiques des séreuses (péritoine, plèvre) ou de certains
parenchymes (poumon).

- Macroscopiquement elle réalise un réseau blanchâtre, anastomosé.

LA DESSIMINATION HEMATOGENE
I- Voies de cheminement :
- Sarcome surtout mais aussi quelques carcinomes.

- Les organes atteints dépendent du mode de drainage veineux de l’organe dans lequel se développe la
Tm :
* Drainage porte → Méta hépatique.
* Drainage cave → Méta pulmonaire.
* Drainage veineux pulmonaire → méta dans toute la grande circulation.

- A coté de ces voies de dissémination habituelles un cas particulier concernant les Meta osseuses
vertébrales au cours des Kc de la prostate :
• Lors d’un effort de toux ou défécation il y a une inversion du courant sanguin dans le système
cave inf et drainage des cellules cancéreuse vers les plexus paravertébraux→ tissu osseux→
vertèbre d’ivoire.
• Les Meta qui se développe à partir de ces ≠ voies peuvent être à l’origine d’une dissémination
lymphatique ou sanguine.

II- Destinée des cellules dans le sang :
- Précocité et fréquence de l’apparition des cellules cancéreuses dans le sang néanmoins toutes les
cellules ne donnent pas naissance à des métas.
→ Certaines cellules sont détruites
→ D’autres traversent les organes
→ Un petit nombre adhère aux cellules endothéliales dans le lit microcirculatoire de certains viscères.

- Une fois la cellule cancéreuse adhère aux cellules endothéliales, cela déclenche une agglutination
plaquettaire avec précipité de fibrine au contact des cellules cancéreuses.

- Ensuite arrivent des polynucléaires et monocytes pour résorber le caillot et diapédèsent à travers la
paroi capillaire.

- Les cellules cancéreuses suivent les phagocytes et pénètrent ainsi dans les tissus périvasculaires.
* les cellules peuvent y être détruites
* rester à l’état dormant.
* donner naissance à un clone tumoral, première ébauche du méta viscéral. Comme pour les Tm
Ives, la croissance tumorale nécessite le développement d’un stroma dont la composante vasculaire
dépend du facteur angioformateur.

III- Caractères des métas hématogènes :
A- Moment d’apparition des métastases :
- Les métastases apparaissent à des moments très variables au cours de l’évolution d’un kc. Elles
peuvent être :
• synchrone : méta découverte au moment de la découverte de la Tm Ive.
• précessive : méta permet de découvrir la Tm Ive
• orpheline : la Tm Ive n’est pas retrouvée.
• tardive ou précoce, au cours de l’évolution de la maladie cancéreuse traitée. 4

B- Caractères macroscopiques des métas :
1- la plupart des métastases sont nodulaires :
* formations arrondies uniques ou multiples.
* tailles très variables
* remaniements hémorragiques et nécrotiques
* déforment les organes où elles se développent

2- les formes infiltrantes sont moins fréquentes :

C- Caractères histologiques des métastases :
- Le tissu tumoral d’une méta peut :
* Présenter la même structure que la Tm Ive → semblable.
* Etre moins bien différencié → dédifférencié ou anaplasique
* Etre mieux différencié → sur différencié.

En cas de méta révélatrice la différenciation tumorale peut orienter la recherche du Kc If → méta
osseuse d’1 Kc du Rein ou méta ggr d’1 Kc thyroïdien.

D- Principales métastases :
1- Métastases hépatiques :
* Nodules tumoraux de taille variable.
* Le plus souvent multiples.
* Blanchâtres nécrosés en leur centre.
* Origine : Kc au territoire porte (colon, estomac, pancréas).

2- Méta pulmonaires :
* La forme uni ou pluri nodulaire (RX image en lâcher de ballon).
* La forme milliaire, micronodulaire disséminée.
* Rarement lymphangiose néoplasique.
* Origine : cancer rein, sein, thyroïde, prostate, sarcome osseux, mélanome malin.

3- Méta osseuses : deux aspects : ostéolytiques /ostéocondensant.
* Forme unique : OS long → rein, corps thyroïde.
* Forme multiple : sein, prostate.
Radio : F ostéolytique, ostéocondensante (vertèbre d’ivoire).
: F mixte pseudo pagetoide.

4- Méta cérébrales : ont un point de départ pulmonaire dans 40x des cas les autres causes : cancer
du sein, Kc digestif, Kc rénal.

LA DESSIMINATION EXTRA VASCULAIRE
1- Conduits organiques : branches, T. digestif, uretère
2- Cavités séreuses : peuvent être colonisées par un processus tumoral adéno carcinomateux qui va
donner de multiples colonies à distance associées à un épanchement contenant des cellules
tumorales en suspension : carcinose péritonéale ; exp : péritoine, plèvre, méninges, LCR
3- Trajet de ponction ou de biopsie.

CONCLUSION :
- L’extension métastatique repose le + svt sur les deux voies de déssimination, lymphatique et
hématogène.
- La structure histologique des métastases permet dans certains cas la reconnaissance de la Tm Ive. 5
- Devant un Kc connu la découverte d’un second foyer de malignité n’implique pas forcément la présence
de métastases.
- Devant un Kc, la réalisation du bilan d’extension permet de classer la Tm en fonction de sa taille,
existence ou non de gg envahis, de métastases.
- Les possibilités thérapeutiques sont différentes en fonction du degré d’évolution et d’extension de la
maladie, ainsi que de sa nature histologique.








Revenir en haut
lilipatre
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2010
Messages: 103
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 15:57    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

Est ce c'est normal de ne rien retenir et ne pouvoir faire ke 3 chapitres entre anatomie et bio???? Ra je vais vraiment flipper Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut
siwsiwa
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 06 Oct 2010
Messages: 91
Point(s): 4
Moyenne de points: 0,04

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 16:14    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

c'est trés normal surtout si tu viens de commencer les révisions et ca fait longtemps que tu n'as pas vu de cours.
je souffre du meme pblme et il y a des cours que je n'arrive pas à comprendre par la suite je n'arrive pas à bien les apprendre mais je vais continuer jusqu'au bout. fais la meme chose et aies confiance en toi. tu y arriveras. tiens bon


Revenir en haut
Guennoun82
Lune
Lune

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2010
Messages: 209
Sexe: masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 17:31    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

lilipatre a écrit:
Est ce c'est normal de ne rien retenir et ne pouvoir faire ke 3 chapitres entre anatomie et bio???? Ra je vais vraiment flipper Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad


c'est normal, on souffre tous de ce probleme, en plus moi j'ai une addiction qui s'appelle facebook et ça me bouffe trop de temps Very Happy mais ça n'empeche il faut garder le moral, c'est sur qu'avec le stress et le temps qui passe on va avoir le rythme , il faut surtout pas lacher Smile


Revenir en haut
Kiwi66
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 24
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 20 Jan 2011 - 17:47    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

merci Dr Guennoun pour votre aide Smile

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:12    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médecins du Maroc Index du Forum -> Actualités professionnelles et concours -> Spécial RESIDANAT et INTERNAT Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page: <  1, 2, 318, 19, 2065, 66, 67  >
Page 19 sur 67

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com