Médecins du Maroc Index du Forum Médecins du Maroc
Site spécialisé en diffusion d'information sur les actualites des Médecins et de la Médecine au Maroc
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Médecins du Maroc 
Bienvenue sur le forum des médecins du Maroc : nous cherchons des modérateurs pour le forum si vous êtes intéressé contacter l'administrateur
entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca
Aller à la page: <  1, 2, 352, 53, 5465, 66, 67  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médecins du Maroc Index du Forum -> Actualités professionnelles et concours -> Spécial RESIDANAT et INTERNAT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
docteur F
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2011
Messages: 58
Sexe: féminin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Lun 7 Mar 2011 - 18:54    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

LES TRAUMATISMES CRANIO-ENCEPHALIQUES
I- INTRODUCTION :
Les traumatismes cranio-encéphaliques "TCE" sont en général les plus fréquents des traumatismes.
Ils sont très graves de part leur mortalité et les séquelles dont ils sont responsables.
C'est un véritable phénomène économique et social touchant les sujets jeunes. Les accidents de la circulation en sont les
plus grands pourvoyeurs.
La mortalité globale reste lourde et les séquelles fréquentes. Ce qui pose le problème de la réinsertion socioprofessionnelle
et familiale.
Certains traumatismes sont plus urgents que les TCE, ce sont les traumatismes abdominaux et thoraciques.
II- DEFINITION :
On considère comme un traumatisé crânien, tout blessé qui, à la suite d'une agression mécanique directe ou indirecte,
présente une fracture du crâne, des troubles de la conscience ou des signes traduisant la souffrance encéphalique diffuse ou
localisée, d'apparition immédiate ou retardée.
III- EPIDEMIOLOGIE – ETIOLOGIES :
A. Fréquence: Rapportée à une population globale, elle varie entre 1.5 et 6%.
B. Age et sexe: Plus de la ½ des cas sont âgés entre 15 et 35 ans. Dans 20 à 25% des cas, il s'agit d'un enfant. Il existe
une prédominance masculine après l'age de 2 ans. Avant cet age, la fréquence est égale chez les 2 sexes.
C. Etiologies:
➨ Traumatismes crâniens de la pratique civile:
o Accidents de la circulation (50 à 70% des cas.)
o Agressions.
o Accidents domestiques.
o Chutes d'étages.
o Accidents de travail.
➨ Traumatismes crâniens du temps des guerres:
o Accidents par projectiles. o Eclats de bombes et de grenades.
D. Mortalité: Elle a diminué du fait des progrès techniques neuro-radiologiques et de réanimation ainsi que lors du
ramassage et du transport des blessés.
IV- LESIONS ANATOMO-PATHOLOGIQUES :
A. LESIONS DU CUIRE CHEVELU:
1. PLAIES DU CUIRE CHEVELU:
- Elles sont les plus fréquentes.
- Lorsque la plaie est importante, elle réalise un scalpe du cuire chevelu qui peut être très hémorragique et entraîner
un état de choc (surtout chez l'enfant.)
2. CONTUSIONS SANS EFFRACTION CUTANEE.
3. HEMATOME DU CUIRE CHEVELU.
B. LESIONS OSSEUSES:
1. FRACTURE DE LA VOÛTE:
➨ FRACTURE LINEAIRE:
- Elles peuvent être uniques ou multiples.
- Elles ne sont pas graves lorsqu'elles ne sont pas associées à un hématome ou à une contusion cérébrale.
- Elles sont diagnostiquées sur les radio du crâne (face/profil.)
- Les fractures frontales et occipitales sont difficiles à préciser sur les radio de face/profil. On utilise alors l'incidence
de Worms qui permet de mettre en évidence l'écaille de l'occipital.
➨ FRACTURE EMBARREE (embarrures):
- C'est l'enfoncement d'un fragment d'os au niveau de la boite crânienne, limité par les traits de la fracture.
- Son aspect radiologique est caractéristique, elle se traduit par une plage plus dense aux contours bien définis.
- Lorsqu'elle s'associe à une ouverture durale avec atteinte parenchymateuse, elle réalise une plaie crâniocérabrale.
2. FRACTURE DE LA BASE: Elle intéresse l'étage antérieur ou moyen. Elle est responsable d'un écoulement liquidien à
l'origine d'infections.
➨ FRACTURE DE L'ETAGE ANTERIEUR:
- Elle intéresse soit les sinus frontaux, soit l'ethmoïde, soit les orbites. A ce niveau, la dure-mère adhère à l'os et
lors d'une fracture, il y a lésion durale entraînant une communication des fausses nasales (milieu septique) avec
l'espace arachnoïdien (aseptique), d'où risque de méningite.
- Elle se traduit par des ecchymoses palpébrales, des épistaxis et une rhinorrhée avec possibilité d'atteinte des
nerfs I et II.
➨ FRACTURE DE L'ETAGE MOYEN:
- Elle intéresse soit le toit du rocher, soit le conduit auditif interne (75% des cas.) Dans ce cas, il y a une
communication entre le conduit auditif interne et l'espace arachnoïdien.
- Elle se traduit par des ecchymoses rétro-mastoïdiennes, une otorrhée, une otorragie et une atteinte des nerfs V,
VII et VIII.
C. LESIONS CEREBRALES PARENCHYMATEUSES:
1. COMMOTION CEREBRALE:
- C'est la survenue d'une perte de connaissance transitoire au moment du traumatisme.
- La commotion n'a pas de traduction scannographique.
2. CONTUSIONS CEREBRALES:
- Le tissu cérébral a une coloration +/- rouge violacée, en rapport avec des hémorragies microscopiques.
- Le cerveau apparaît oedémacié et tendu.
3. DILACERATIONS:
- Elles représentent les lésions les plus importantes.
- La destruction du tissu nerveux, des vaisseaux et des méninges est majeure.
- Ces lésions peuvent avoir un pronostic vital et fonctionnel redoutable car elles sont souvent étendues à tout un lobe
voir à une grande partie d'un hémisphère.
- Elles entraînent du fait de la réaction oedémateuse et des hémorragies une surtension intracrânienne avec
engagement.
- Les signes déficitaires dépendent du siège des lésions. Le stade de coma est fonction de l'importance de ces
lésions.
4. OEDEME CEREBRAL:
- Il accompagne en général toutes les contusions et les dilacérations.
- C'est une réponse du cerveau à l'agression.
- Il siége au niveau de la lésion ou à sa périphérie.
- Sa pathogènie est encore mal élucidée.
- Il représente un facteur essentiel de l'HIC en dehors des collections hématiques.
- L'oedème se forme plus rapidement et de manière plus importante chez l'enfant mais il réagit aussi plus
efficacement aux traitement anti-oedème.
5. NECROSE:
- Au-cours des contusions graves et des dilacérations, une partie du cerveau est détruite de manière définitive par
ischémie.
- Elle se traduit à la phase cicatricielle par un ramollissement localisé et mal systématisé, une porencéphalie (cavité
résiduelle vide dans le cerveau) et une rétraction ventriculaire.
6. HEMORRAGIES: Il faut opposer 3 aspects
➨ Les hémorragies microscopiques.
➨ Les dilacérations avec extension sous-durale.
➨ Les hématomes collectés qui se comportent comme des néoformations donnant des signes d'HIC avec risque
d'engagement. Ils doivent être traités chirurgicalement.
D. LESIONS EXTRA-PARENCYMATEUSES:
1. HEMATOME EXTRA-DURAL:
- C'est une collection de sang entre l'os et la dure-mère. C'est l'urgence neurochirurgicale type. Elle complique 1 à
4% des TCE et concerne les sujets de moins de 30 ans.
- L'origine du saignement peut être artérielle (artère méningée moyenne ou l'une de ses branches) dans plus de
50% des cas, osseuse ou veineuse.
- La localisation est le plus souvent temporale, mais peut siéger à d'autres niveaux.
- Diagnostic clinique: Après le traumatisme, le malade présente une perte de connaissance brève. L'examen
clinique est en général normal, les radio du crâne montrent un trait de fracture inconstant. Dans ce cas, le patient est
gardé en observation où une surveillance étroite est imposée. Au bout d'une ½ heure à plusieurs heures, le patient
devient agité, obnubilé et présente une mydriase unilatérale qui signe le coté de l'hématome. Avant l'installation du
déficit moteur controlatéral, un intervalle libre s'écoule (période séparant l'état clinique normal de l'apparition des signes d'appel)
Cet intervalle est d'autant plus court que le saignement est important. Dans ce cas, il ne faut attendre aucun examen
complémentaire et opérer le malade car opéré à temps, le malade guérit sans séquelles. Non surveillé et non-opéré,
l'état s'aggrave par la bilatéralisation de la mydriase, du déficit moteur et des troubles neurovégétatifs entraînant le
décès du patient. Dans d'autres cas, le patient peut être obnubilé et s'aggraver secondairement.
- Diagnostic paraclinique: C'est le scanner qui va trancher. Il doit être fait chez tout traumatisé crânien présentant
des troubles de la conscience. Il permet de faire le diagnostic topographique et de préciser la nature exacte des lésions.
Typiquement, l'hématome extra-dural se traduit par une lentille biconvexe d'hyperdensité.
NB:
• L'hématome extra-dural chez l'enfant est caractérisé par l'absence des signes cliniques alors que le tableau est dominé par la pâleur.
• L'hématome extra-dural de la fosse cervicale postérieure "FCP" est dominé par les troubles végétatifs. Il faut alors faire un scanner devant
toute fracture occipitale.
2. HEMATOME SOUS-DURAL:
- C'est une collection de sang entre la dure-mère et l'arachnoïde.
➨ L'hématome sous-dural aigu:
- C'est la rupture d'une veine cortico-durale. Il est souvent associé à d'autres lésions parenchymateuses sousjacentes.
- C'est une complication grave et fréquente en neurotraumatologie.
- Diagnostic clinique: L'hématome sous-dural pur est rare mais lorsqu'il l'est, il présente les mêmes signes
cliniques que l'hématome extra-dural. Cependant, ce sont des malades comateux qui s'aggravent par la suite.
- Diagnostic paraclinique: Le scanner confirme le diagnostic.
- Le traitement de la forme pure est chirurgical.
- Lorsque l'hématome est associé à d'autres lésions, l'indication chirurgicale n'est pas toujours posée. Dans ce cas,
la réanimation est le traitement de choix.
➨ L'hématome sous-dural chronique:
- C'est une collection de sang entre la dure-mère et l'arachnoïde qui est délimitée par 2 membranes: L'une interne
collée à l'arachnoïde et l'autre externe collée à la dure-mère. Entre les 2 se trouve un liquide fait de sang lysé et de
LCR.
- La localisation la plus fréquente est fronto-temporale.
- Il survient à tout age mais plus fréquemment chez le sujet âgé.
- Diagnostic clinique: Après un traumatisme en général bénin, le patient présente après intervalle libre de 2
semaines à quelques mois des céphalées, des troubles du comportement et de la mémoire, une hémiparésie ou
hémiplégie et des signes d'HIC.
- Diagnostic paraclinique: Le scanner confirme le diagnostic en montrant une collection étendue le long de la
convexité, aux limites internes concaves et qui peut être hypo, iso ou hyperdense.
- Selon son importance, il entraîne une déviation des structures médianes.
- Son traitement est chirurgical.
- Diagnostic différentiel: Se pose avec les AVC, ces 2 affections survenant chez le sujet âgé, avec les mêmes
signes cliniques surtout que la notion de traumatisme étant en général oubliée. Avant de poser le diagnostic d'AVC, il
faut faire un examen TDM.
3. HEMORRAGIES MENINGEES POST-TRAUMATIQUES:
- C'est la présence de sang dans l'espace sous-arachnoïdien.
- Diagnostic clinique: Se traduit par des céphalées, une agitation, une raideur de la nuque, la présence des signes
de Brudzinski et de Kernig et une hyperthermie à 37.5 – 38°. La notion de traumatisme pose le diagnostic sans faire de
PL qui, une fois faire, retrouve du sang.
- Les malades sont souvent agités, il faut cependant se méfier des calmants car ils ne permettent pas de surveiller le
malade.
4. FISTULE CAROTIDO-CAVERNEUSE:
- C'est une lésion de la carotide interne (artère) au niveau du sinus caverneux (veine.)
- Diagnostic clinique: Se traduit par une exophtalmie, une paralysie des nerfs oculomoteurs et une diminution de
l'acuité visuelle qui peut aller jusqu'à la cécité.
- Diagnostic paraclinique: L'angiographie confirme le diagnostic.
- Le traitement est radio-chirurgical.
5. FISTULE A LCR:
- C'est l'écoulement du LCR par le nez et l'oreille. Elle résulte d'une fracture de la base du crâne avec lésion durale.
- La rhinorrhée et l'otorrhée exposent à des complications infectieuses dominées par le risque de méningite. Ils sont
masqués au début par une otorragie ou une épistaxis.
- Ces malades sont mis sous antibiothérapie à forte dose afin d'éviter les complications.
- Du point de vue thérapeutique, l'otorrhée a tendance au tarissement spontané, elle ne pose pas le même problème
que la rhinorrhée pour laquelle l'indication opératoire est parfois posée afin de fermer la brèche ostéo-méningée. Dans
les 2 cas, le patient est mis sous forte antibiothérapie avec diurétiques.
6. PNEUMATOCELE:
- C'est la pénétration d'air dans la boite crânienne. Elle traduit une fistule du LCR.
- Elle peut être discrète sous forme de bulles d'air localisées au niveau de la région frontale ou plus importante sousdurale
ou intra-ventriculaire. Elle est visible sur les radio du crâne et la TDM.
V- CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME CRANIEN :
A. INTERROGER le malade ou son entourage pour préciser
• L'heure du traumatisme. • La notion de perte de connaissance.
• La notion de convulsion. • L'existence d'un intervalle libre.
B. EXAMINER le malade, faire un examen général à la recherche d'un traumatisme thoracique ou abdominal qui doit être
traité en urgence.
C. SUTURER en urgence surtout s'il existe un scalpe.
D. COMPLETER l'examen par des radio de Face/Profil, Worms. Avec un téléthorax, obligatoire devant tout traumatisme
crânien.
E. LIBERER les voies aériennes.
F. POSER une voie veineuse.
G. EVALUER l'état de conscience par l'ECHELLE DE GLASGOW COMA SCALE, basé sur l'évaluation de 3 paramètres:
PARAMETRE EVALUATION COTATION
Orientée 5
Confuse 4
Mots 3
Son incompréhensible 2
Réponse verbale
Réponse nulle 1
Spontanée 4
A l'appel 3
A la douleur 2
Ouverture des
yeux
Nulle 1
A l'ordre 6
Localisée 5
Flexion normale 4
Flexion anormale 3
Extension 2
Réponse motrice
Nulle 1
Résultats: Le score est obtenu en faisant la somme des 3 meilleures réponses, Ce score varie entre 3 et 15
➲ Score = 3: Malade aréactif.
➲ Score = 15: Malade conscient.
➲ Score inf à 8: Malade dans le coma.
1. DEVANT UN MALADE CONSCIENT, présentant une fracture ou une perte de connaissance
􀂾 Faire une surveillance de 24 à 48Hrs .
􀂾 S'il y a aggravation, faire un scanner cérébral.
2. DEVANT UN MALADE OBNUBILE,
􀂾 L'hospitalisation est décidée après avoir fait un scanner cérébral.
􀂾 Faire un autre scanner à la moindre aggravation.
3. DEVANT UN MALADE COMATEUX D'AMBLEE,
􀂾 Pratiquer les gestes d'urgence (intubation, pose d'une voie veineuse et élimination d'une urgence thoracique et
abdominale)
􀂾 Faire un scanner cérébral afin d'évaluer les lésions.
􀂾 Hospitaliser le patient en réanimation avec prise de la tension intracrânienne pour contrôler l'efficacité du traitement.
􀂾 Le traitement médical consiste à abaisser la pression intracrânienne par des solutés hypertoniques de Mannitol +
Corticoïdes et le maintient de l'équilibre hydro-électrolytique en évitant la surcharge hydro-sodée.
􀂾 Prévenir les crises comitiales, l'ulcère de stress, les infections et les escarres.
􀂾 Si on note une aggravation, un 2eme scanner est pratiqué afin d'éliminer une lésion chirurgicale.
4. DEVANT UN MALADE POLYTRAUMATISE:
􀂾 Gestes d'urgence.
􀂾 Classer les urgences: Les traumatismes abdominaux, thoraciques et ceux des membres passent avant les
traumatismes cérébraux.
VI- COMPLICATIONS – SEQUELLES :
􀂙 Epilepsies post-traumatiques.
􀂙 Déficit moteur.
􀂙 Atteinte des nerfs crâniens.
􀂙 Abcès du cerveau en cas de plaie crânio-cérébrale.
􀂙 Infection en cas de liquorrhée.
􀂙 Séquelles de trachéotomie.
􀂙 Syndrome subjectif à type de céphalées, vertiges, insomnies, troubles du comportement, asthénie, growing factor
(fractures évolutives.)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Mar 2011 - 18:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
kima
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2007
Messages: 34
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,35

MessagePosté le: Lun 7 Mar 2011 - 22:19    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

Merci bcp docteur F, c très gentil de votre part, j en suis vrmt reconnaissante, lah yesser lik oumourek...
j'espère recevoir les autres cours aussi chers amis, svp j attend votre cooperation, rani 7aaaaaaaaaassla 7essla khayba.
MERCI d'avance


Revenir en haut
docteur F
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2011
Messages: 58
Sexe: féminin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 00:14    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

kima a écrit:
svp les amis, j c pa pkoi personne ne demande auprès des cours de neuro chir, ana g pas la moitié des cours, j ai passé une semaine à les chercher et g rien trouvé, SVP SVP SVP J EN AI VRMT BESOIN, ydir fina chi wa7ed khir w y3te9na bihoum pleaaaaaaaaaaaaaaaaaase:
-traumatisme du rachis lombaire
-compression medullaire cervicale
-compression medullaire dorsale
-hematome sous dural chronique
-Les traumatismes craniens
-traumatisme du rachis cervical
MERCI BCP LES AMIS
-traumatisme du rachis dorso lombaire
-sydrome de la queue de cheval




LES COMPRESSIONS MEDULLAIRES LENTES
I- GENERALITES :
A l'intérieur du canal rachidien, la moelle est contenue dans un étui dure-mérien qui s'étend du trou occipital jusqu'au niveau
de S2 et qui est séparé du squelette par un espace épidural contenant du tissu graisseux et des veines.
L'extrémité inférieure de la moelle ne dépasse pas L1, en dessous le cul-de-sac dural contient la queue de cheval et le filum
terminal.
Enfermée dans un canal inextensible, la moelle est sensible aux processus pathologiques réduisant la lumière. Il en résulte
un syndrome médullaire à évolution lente.
Ainsi, les compressions médullaires lentes "CML" apparaissent comme de véritables urgences devant être diagnostiquées
avant la survenue de lésions médullaires irréversibles.
II- DIAGNOSTIC CLINIQUE :
A. Syndrome lésionnel ou syndrome radiculaire:
Traduit l'atteinte d'une ou de plusieurs racines au niveau de la compression. Il a une valeur localisatrice avec
Troubles sensitifs:
1. Douleurs radiculaires vives et fixes.
2. Hypoesthésie en bande.
Troubles moteurs:
3. Paralysie.
4. Amyotrophie.
5. Réflexes O-T abolis (un ou plusieurs.)
B. Syndrome sous-lésionnel ou syndrome fasciculaire:
Traduit l'interruption fonctionnelle des faisceaux médullaires ascendants et descendants avec
Troubles sensitifs:
1- Hypoesthésie ou anesthésie du territoire sous-lésionnel (Objectifs.)
2- Paresthésie sans topographie fixe (Subjectifs.)
Troubles moteurs:
3- Au début, fatigabilité des jambes ou claudication intermittente médullaire.
4- Puis le déficit s'aggrave réalisant selon la topographie une paraplégie ou une tétraplégie.
5- Réflexes O-T vifs, diffusés et polycinétiques.
6- Plus tardivement, les troubles sphinctériens apparaissent avec retard de la miction et envie impérieuse d'uriner.
La recherche de la limite supérieure des troubles sensitifs est capitale pour le diagnostic topographique.
C. Syndrome rachidien:
Souvent absent, il se traduit par
1) Raideur segmentaire du rachis.
2) Rachialgie (douleur) provoquée par la pression des apophyses épineuses.
III- DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE :
A. EN LARGEUR (PLAN TRANSVERSAL):
➨ Compression antérieure: Se manifeste par
o Une paralysie localisée avec amyotrophie.
o Un syndrome pyramidal en dessous de la lésion.
➨ Compression postérieure: Se manifeste par
o Des troubles de la sensibilité profonde.
o Un syndrome ataxo-tabétique.
➨ Compression latérale: Se manifeste par
o Un syndrome de Brown – Sequard ébauche.
B. EN HAUTEUR (AXE CEPHALO-CAUDAL):
➨ Compression cervicale haute (C1 – C4):
➲ Le syndrome lésionnel se traduit par une compression du nerf phrénique avec hoquet par paralysie d'un hémidiaphragme,
du nerf spinal avec paralysie du trapèze et du sterno-cléido-mastoïdien.
➲ Le syndrome sous-lésionnel se traduit par une tétraplégie spastique.
➲ Le syndrome sus-lésionnel est parfois présent, en rapport avec le prolongement endocrânien de la tumeur ou la
souffrance de la racine descendante du nerf trijumeau (V)
➨ Compression cervicale basse (C5 – CCool:
➲ Le syndrome lésionnel se traduit par un syndrome radiculaire au niveau des membres supérieurs.
➲ Le syndrome sous-lésionnel se traduit par une paraplégie spastique.
➨ Compression dorsale (D1 – D12): Les plus fréquentes
➲ Le syndrome lésionnel se traduit par des douleurs thoraco-abdominales en ceinture.
➲ Le syndrome sous-lésionnel se traduit par une paraplégie spastique.
➨ Compression lombo-sacrée (L1 – S5): La symptomatologie périphérique masque la symptomatologie médullaire
propre.
➲ La compression lombaire est suspectée devant une paralysie flasque du quadriceps avec réflexe rotulien L4
aboli, réflexe achiléen S1 vif et signe de Babinski bilatéral.
➲ La compression sacrée (cône terminal) est suspectée devant une paralysie flasque et aréflexique des membres
inférieurs avec troubles sphinctériens.
IV- DIAGNOSTIC PARACLINIQUE :
A. Radiographie du rachis: Avec cliché centré sur la région suspecte en tenant compte du décalage moelle – rachis:
• Région cervicale haute: Moelle = Rachis.
• Région cervicale basse: Moelle = Rachis – 1
• Région dorsale haute (C1 –C6): Moelle = Rachis – 2.
• Région dorsale basse (C7 – C12): Moelle = Rachis – 3
B. Ponction lombaire: L'étude cyto-biochimique montre une dissociation albumino-cytologique.
C. Myélographie et myéloscanner: Largement utilisée, elle précise le siège et les limites de la compression et donne
des indications sur sa nature
1. Image d'arrêt en dôme = neurinome ou méningiome.
2. Image d'arrêt en bec de flûte = compression extra-médullaire.
3. Image fusiforme = tumeur intra-médullaire.
D. IRM: C'est l'examen de choix. Elle donne une image précise de la lésion, de ses rapports avec les structures voisines,
une appréciation exacte de son siège et une approche de sa nature.
E. TDM.
V- DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE :
A. Causes extra-durales (rachidiennes et épidurales):
➨ Causes tumorales:
➲ Les métastases vertébrales et épidurales: Fréquentes, elles touchent surtout la région dorsale, cliniquement,
les douleurs radiculaires sont atroces. Radiologiquement, les formes ostéolytiques sont les plus fréquentes. Le cancer
primitif peut être bronchique, prostatique, mammaire, génital, digestif ou thyroïdien.
➲ Les hémopathies et les dysglobulinémies malignes: Surtout les leucoses aiguës, la maladie d'Hodgkin et les
myélomes.
➲ Les tumeurs vertébrales malignes primitives: Les sarcomes vertébraux sont rares.
➲ Les tumeurs vertébrales bénignes: Il s'agit d'angiome vertébral, rarement de chondrome vertébral.
➨ Causes infectieuses et parasitaires:
➲ La spondylite staphylococcique et melitococcique.
➲ Le mal de Pott.
➲ L'échinococcose.
➨ Causes mécaniques:
➲ Les hernies discales: Presque toujours cervicales.
B. Causes intra-durales extra-médullaires:
➨ Causes tumorales: Essentiellement les tumeurs bénignes à savoir neurinome et méningiome.
C. Causes intra-durales intra-médullaires:
➨ Causes tumorales: Il s'agit des tumeurs gliales et essentiellement les glioblastomes, les astrocytomes et les
épendymomes.
VI- DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL :
􀀹 Compression de la queue de cheval: Le syndrome de la queue de cheval associe
• Une paralysie flasque avec amyotrophie des membres inférieurs.
• Une abolition des réflexes O-T.
• Une abolition du réflexe anal.
• Des troubles sensitifs à type de douleurs radiculaires et d'anesthésie en selle.
• Des troubles génitaux et urinaires constants et précoces.
La plupart des étiologies de la compression de la moelle lombo-sacrée donne lieu à une compression de la queue de cheval.
En plus il faut insister sur certaines étiologies particulières et essentiellement
o La hernie discale lombaire.
o L'étroitesse congénitale du rachis lombaire.
VII- TRAITEMENT :
Il est étiologique. En plus, il faut insister sur le rôle de la rééducation fonctionnelle qui doit être entamée le plutôt possible.


Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 09:10    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

Hématome extra dural : dg et CAT

Signes cliniques:
 traumatisme crânien bénin ou de gravité moyenne avec ou sans perte de connaissance.
 intervalle libre, de 6 à 24 heures, asymptomatique.
 puis apparition:
• céphalées, simple somnolence.
• altération de la conscience.
• apparition de signes en foyer: hémiplégie ou hémiparésie ou paralysie faciale unilatérale.
• mydriase unilatérale.
• puis coma avec réactions hypertoniques.

Etiologie:
 traumatisme crânien:
• associé souvent avec une fracture du crâne, mais un traumatisme bénin (Glasgow à 15) peut se compliquer d'un hématome extra dural.
• souvent chez la personne âgée, sujet sous anticoagulants, éthylique.

Examens complémentaires:
 scanner cérébral.
 radiographie du crâne: trait de fracture.

Traitement:
 neurochirurgie dans les plus brefs délais: trou de trépan.
 laisser à jeun, restriction hydrique < 500 ml/j.
 traitement de l'HTIC si nécessaire.


Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 09:11    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

c un cours résumé, j'espere qu'il fera l'affaire Smile

Revenir en haut
kima
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2007
Messages: 34
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,35

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 10:22    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

merci bcp docteur F et dr who, c gentil de votre part...
donc j ss pa l a seule à ne pas avoir les cours des compressions medullaire chak cours à part, ctrop spécialisé 7ram 3lihoum!!! daba ila 7ettou lina compression medullaire cervical , nkteb lihoum chwya men les compression lente concernant l etage cervical w mridna ma3endou bass! c c ke j cmprd ! n est c pa les amis?


Revenir en haut
docteur F
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2011
Messages: 58
Sexe: féminin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 13:34    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

kima a écrit:
merci bcp docteur F et dr who, c gentil de votre part...
donc j ss pa l a seule à ne pas avoir les cours des compressions medullaire chak cours à part, ctrop spécialisé 7ram 3lihoum!!! daba ila 7ettou lina compression medullaire cervical , nkteb lihoum chwya men les compression lente concernant l etage cervical w mridna ma3endou bass! c c ke j cmprd ! n est c pa les amis?


voilà, c'est tout à fait ça, on a pas le choix, courage Smile


Revenir en haut
kima
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2007
Messages: 34
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,35

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 14:23    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

oook, j vois ! merci bcp docteur F, mnt j suis soulagée Smile

Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 14:27    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

svp, le nouveau programme de vaccination

Revenir en haut
kima
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2007
Messages: 34
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,35

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 14:34    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

pkoi faire? achnou jabou les urgences?

Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 14:35    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

ca n'a auncun rapport avec les urgences, moi je prépare pour le concours de rabat inchallah Smile

Revenir en haut
wasssima
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 20
Sexe: féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 15:28    Sujet du message: compression médullaire Répondre en citant

http://medecine.sante-dz.org/cours/neuro/compression.htm
_________________
bonne chance !


Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 15:41    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

wasssima a écrit:
http://medecine.sante-dz.org/cours/neuro/compression.htm


merci pour le lien, il y a plein de cours interessants


Revenir en haut
wasssima
débutant
débutant

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 20
Sexe: féminin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 15:53    Sujet du message: syndrome de la queue de cheval Répondre en citant

http://www.unilim.fr/campus-neurochirurgie/IMG/pdf/231_sqc.pdf

pas de quoi ! moi aussi j'ai pas de cours, je cherche et quand je trouve quelque chose d'intéressante je partage!
_________________
bonne chance !


Revenir en haut
docteur F
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2011
Messages: 58
Sexe: féminin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 16:07    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

je cherche toujours les cours suivant
CAT devant une myelite aigue
troubles de l'équilibre hydro-electrolytique
le choc hypovolémique
l'hemolyse aigue
l'oedeme aigu du poumon
CAT devant une hypercalcémie
CAT devant une acidose metabolique
CAT devant une alcalose metabolique
la sciatique paralysante
fracture de l'odontoide
plaies thoraco abdominal
please please please !!
bon courage


Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 16:20    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

10. Etat de choc : dg et traitement

Définition
Syndrome regroupant l'ensemble des manifestations associées à la détérioration aiguë et durable de l'oxygénation tissulaire.

Etiologies

1 - Chocs hémorragiques
Plaie artérielle, hémorragie digestive, hémopéritoine, polytraumatisme.

2 - Chocs hypovolémiques
- hypovolémie vraie
• soit par déshydratation (diarrhée, vomissements, diurèse osmotique, insuffisance surrénale aiguë)
• soit par séquestration liquidienne (occlusion, pancréatite aiguë, infarctus mésentérique, crush syndrome)
- hypovolémie relative (vasoplégie)
• soit par anaphylaxie (iode, venin d'hyménoptère, anesthésiques locaux)
• soit par toxique (carbamates, barbituriques)

3 - Chocs cardiogéniques
• infarctus du myocarde (complication mécanique, trouble du rythme, infacrtus du ventricule droit, nécrose étendue)
• embolie pulmonaire massive
• tamponade
• dissection aortique
• insuffisance aortique aiguë
• suites de circulation extra-corporelle
• toxiques : antidépresseurs tricycliques, antiarythmique, bêtabloquants

4 - Chocs septiques
• infections à bacilles gram négatif : pyélonéphrite, cholécystite, angiocholite, péritonite
• infections à cocci gram positif : méningococcies, cellulites, pneumonie à pneumocoque, septicémie à staphylocoque
• infections à bactéries anaérobies : gangrène gazeuse, septicémie post-abortum infections fungiques : candidémies

Physiopathologie
Diminution du transport (choc hémorragique, choc hypovolémique, choc cardiogénique) et altération de l'extraction périphérique (choc septique) de l'oxygène.

1 - Choc hypovolémique vrais
- diminution de la précharge -> chute du débit cardiaque
- réaction sympathique -> vasoconstriction périphérique (peau, muscles, reins, tube digestif)
- redistribution du débit (coronaires, cerveau, foie)
- augmentation de l'extraction périphérique de l'O2 (élargissement de la différence artério-veineuse en oxygène)



2 - Choc anaphylactique
- libération de médiateurs par les basophiles activés (histamine, prostaglandines) -> vasodilatation + fuite plasmatique -> hypovolémie

3 - Chocs cardiogéniques
- par dysfonction systolique du ventricule gauche (OAP associé)
- par embolie pulmonaire massive : brutale augmentation de la postcharge du ventricule droit (VD)
- par tamponnade : gêne au remplissage du VD

4 - Chocs septiques
Activation des mécanismes de l'inflammation (bactérie gram-, endotoxine +++)
Activation de la coagulation, du système des kinines et des cellules inflammatoires (macrophages, polynucléaires, plaquettes)
Libération de cytokines (tumor necrosis factor, interleukines 1 et 6, ...)

Retentissement
Dépend de l'intensité et de la profondeur de l'hypoxie tissulaire, de ou des organes lésés.

Diagnostic positif
Purement clinique
Marbrures, froideur des téguments
Polypnée, cyanose
Troubles neuro-psychiques
Tachycardie, hypotension parfois absente au début, différentielle pincée
Allongement du temps de recoloration cutanée
Biologiquement : lactates > 2 mmole/l, acidose métabolique

Diagnostic étiologique
Anamnèse, examen clinique, examens paracliniques simples (radiographie pulmonaire, ECG, numération sanguine, ionogramme sanguin, gaz du sang artériel)

Evaluation hémodynamique
Echocardiographie
Mesure de la pression veineuse centrale
Cathétérisme cardiaque droit, sonde de Swann Ganz

Traitement
1 - Mesures générales
Voie(s) veineuse(s) de bon calibre
Sonde urinaire

2 - bilan initial
- ECG, RP, groupe, ionogramme, gaz du sang, numération, tests d'hémostase et de coagulation, bilan hépatique (transa, gammaGT, PA, bili)
- CPK, troponine, amylase, lipase, hémocultures, ECBU
- imagerie : abdomen sans préparation, échographie abdominale, scanner, échocardiographie


3 - Correction de l'hypoxémie : Oxygénothérapie, ventilation mécanique

4 - Correction de l'hypovolémie : En fonction de l'étiologie, fera souvent appel aux colloïdes artificiels (gélatines, hydroxyéthylamidons)

5 - Amines sympathomimétiques

Pression artérielle Pression artérielle pulmonaire d'occlusion Débit cardiaque Fréquence cardiaque



Adrénaline Augmentée +
Inchangée
Augmenté + Augmentée ++
Noradrénaline Augmentée ++
Inchangée
Inchangé Inchangée
Dobutamine Inchangée
Diminuée
Augmenté + Augmentée +
Dopamine Augmentée +
Inchangée
Augmenté + Augmentée ++


Traitements selon l'étiologie

1 - Choc hémorragique
Expansion volémique, transfusion de concentrés globulaires (cf article sur ce site), apport de facteurs de la coagulation, geste d'hémostase

2 - Choc hypovolémique
Expansion volémique
En cas de choc anaphylactique : adrénaline

3 - Choc cardiogénique
- Infarctus du myocarde : reperfusion par thrombolyse et/ou angioplastie
- tamponade : drainage péricardique
- embolie pulmoanire massive : thrombolyse
- traitement d'un trouble du rythme

4 - Choc septique
- expansion volémique
- dopamine, noradrénaline
- antibiothérapie adpatée
- drainage chirurgical


Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 16:21    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

11. Oedème aigu du poumon cardiogénique : dg et traitement

Signes cliniques:
 crise dyspnéique brutale, intense, souvent nocturne.
 polypnée, orthopnée, oppression thoracique, anxiété.
 toux quinteuse, expectoration propre, grésillement laryngé.
 fébricule fréquente.
 râles crépitants ou sous-crépitants à l'auscultation (faire tousser avant l'auscultation pour " décrasser ") mais souvent aussi sibilants.
 pouls rapide: 100-130/mn, galop, rechercher une arythmie cardiaque
 signes droits fréquents:
• turgescence des jugulaires, reflux hépato-jugulaire, hépatomégalie douloureuse, œdèmes des membres inférieurs.
 tension artérielle le plus souvent élevée, parfois basse.
 éléments de gravité:
• absence d'orthopnée.
• bradycardie < 70/mn, PA < 80 mmHg, collapsus.
• cyanose, sueurs.
• silence auscultatoire, arythmie respiratoire, respiration paradoxale, détresse respiratoire.
• expectoration mousseuse, rosée.
• SpO² effondrée.
• troubles de la conscience, agitation, angoisse, torpeur.

Diagnostic différentiel:
 asthme si sibilants mais il n'y a pas d'asthme de novo après 65 ans !
 bronchopneumopathie, BPCO décompensée.
 OAP lésionnel.

Etiologie:
 défaillance ventriculaire gauche secondaire à une valvulopathie (RA, RM) ou à une myocardiopathie.
 infarctus du myocarde (26%).
 insuffisance coronarienne (21%).
 écart de régime (surcharge salée), arrêt d'un traitement en cours, introduction d’un médicament inotrope négatif.
 troubles du rythme mal tolérés (9%), notamment AC/FA.
 surinfection bronchopulmonaire.
 tamponnade.
 embolie pulmonaire.
 crise hypertensive.
 anémie < 10 g/l.
 hyperthyroïdie.






Examens complémentaires:
 scope, SpO².
 ECG: rechercher une arythmie, une ischémie myocardique, une HVG.
 gaz du sang: hypoxie, hypocapnie, grave si hypercapnie.
 radiographie pulmonaire:
• opacités alvéolo-interstitielles diffuses bilatérales, lignes de Kerley B.
• cardiomégalie.
 bilan biologique standard, CPK.
 échocardiographie dans un second temps.

Traitement:
 malade assis, jambes pendantes.
 Risordan 5: 4 à 5 cps sublinguaux, ou Natispray, Lénitral: 2 à 6 doses à 5 mn d'intervalle.
 voie veineuse: G5%.
 oxygénothérapie: 6-10 l/mn avec un masque à haute concentration.
 Lasilix: 1 mg/kg soit 2 à 4 ampoules IV (2 mg/kg IV chez l'enfant).
 puis si résultat insuffisant: Lénitral: 1 mg/h en IV continue (maxi: 3 mg/h).
 si cas grave d'emblée: Lénitral, 1 mg IV directe sauf si TA < 110 mmHg ou si HTA hypercapnique.
 si évolution vers un choc cardiogénique:
• Dobutrex: 10 µg/kg/mn à la seringue électrique.
• pas de diurétiques ni de Lénitral.
 si forme bronchospastique: faire un aérosol de Ventoline ou de Bricanyl.
 traitement étiologique:
• si TV: choc électrique externe.
• si fibrillation auriculaire très rapide:
 Cédilanide: 1 ampoule IV (15 µg/kg chez l'enfant) associée à une héparinothérapie à doses hypocoagulantes, après avoir éliminé une hypokaliémie.
 ou Cordarone IV si contre-indication aux digitaliques.
 choc électrique externe si forme grave.
• si poussée d'HTA, après traitement ci-dessus:
 Loxen 20 IV ou Eupressyl IV.
• si surinfection bronchique: Augmentin, 2 g/j.
• si ischémie myocardique: Aspirine, 250 mg et héparine curative à la seringue électrique.
 si gravité extrême:
• intubation et ventilation assistée après anesthésie (Hypnovel + Fentanyl).
 anticoagulation préventive systématique.


Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 16:25    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

Traumatismes du thorax:
Signes cliniques:
 rechercher une plaie, des signes de choc hypovolémique, de détresse respiratoire, de troubles de la conscience.
 rechercher des lésions associées: abdominales, cérébrales, rachidiennes, pelviennes, tamponnade.
 ne pas oublier que le foie et la rate sont des organes intrathoraciques: traumatisme abdominal.

Etiologie:
 traumatisme direct: par arme blanche, par arme à feu, par écrasement.
 traumatisme indirect: décélération brutale, blast.

Examens complémentaires:
 scope, SpO², ECG.
 bilan préopératoire.
 radiographie thoracique.
 ECG.

Traitement:
 voie veineuse, oxygénothérapie au masque à fort débit.
 position demi-assise, torse nu.
 antalgiques non morphiniques ou Nubain.
 ne pas enlever un agent vulnérant dans la plaie: le faire uniquement au bloc opératoire.
 si détresse vitale: intubation et ventilation assistée après éventuelle anesthésie (Hypnovel + Fentanyl).

FRACTURE DE COTE

Signes cliniques:
 douleur à la toux et à la compression du thorax, à la palpation sélective de la côte
 complications:
• fracture de clavicule ou de l'omoplate si fracture des deux premières côtes.
• embrochage pulmonaire: emphysème sous-cutané, hémoptysie, pneumothorax, hémotorax.
• plaie de la rate, du foie ou du rein si fracture des dernières côtes.
• volet thoracique:
 immobile ou s'accompagnant d'une respiration paradoxale.
• rechercher des signes de détresse respiratoire, d'état de choc, de troubles de la conscience.
• rechercher une fracture du sternum, du rachis dorsal.
Examens complémentaires:
 radiographie thoracique, gril costal: souvent inutile sauf si suspicion de complications.
Traitement:
 antalgiques, AINS, antitussifs si encombrement bronchique.
 si insuffisance respiratoire: Xylocaïne 1% au niveau de la fracture ou analgésie par blocs intercostaux ou péridurale ou chirurgie si volet costal.

HEMOTHORAX

Signes cliniques:
 matité, et murmure vésiculaire aboli.
 signe de choc hypovolémique ou de détresse respiratoire si abondant.

Traitement:
 remplissage vasculaire avec des macromolécules après groupage.
 oxygénothérapie.
 évacuation à l'aiguille ou drainage si abondant.
 auto-transfusions.
 chirurgie d'hémostase dans les cas graves.

PNEUMOTHORAX

Signes cliniques:
 distension, tympanisme, emphysème sous-cutané.
 dangereux si il est suffocant.

Etiologie:
 embrochage par une côte, rupture d'alvéole, rupture d'une bulle préexistante.

Traitement:
 drainage thoracique si suffocant sous tension.
 voie veineuse, oxygénothérapie.

LESIONS CARDIOVASCULAIRES

 hémopéricarde:
• signes de tamponnade du cour.
• traitement: ponction si abondant.
 contusion myocardique:
• suspecte si douleur rétrosternale et signes d'insuffisance cardiaque.
• risque de trouble du rythme.
• examens: ECG (signes d'ischémie-lésion), enzymes cardiaques (troponine), échocardiographie.
• traitement: Xylocaïne si trouble du rythme, pas d'anticoagulation, pas de nitrés.
 plaies du coeur:
• signes de choc hémorragique ou de tamponnade.
• chirurgie d'urgence.
 lésion de l'aorte par décélération brutale:
• signes cliniques:
 douleur dorsale ou rétrosternale.
 hématome du cou.
 asymétrie des pouls, souffle systolique récent, signe de tamponnade.
 paraplégie ou paraparésie brutale.
• examen complémentaire: élargissement du médiastin sur la radiographie thoracique.
• traitement:
 maintenir la TA au dessus de 120 mmHg, chirurgie d'urgence.

RUPTURE DIAPHRAGMATIQUE

Signes cliniques:
 le plus souvent à gauche: 90%.
 polypnée, douleur de la base du thorax.
 détresse respiratoire aiguë et choc hypovolémique si lésion foie-rate.
 bruits hydro-aériques à l'auscultation.
 y penser chez tout polytraumatisé

Examens complémentaires:
 radiographie thoracique de face.

Traitement:
 sonde naso-gastrique.
 voie veineuse, oxygénothérapie, chirurgie.

LESIONS PLEURO-BRONCHO-PULMONAIRES

 plaie pleuro-pulmonaire dans les traumatismes graves.
 lésions trachéo-bronchiques:
• rares, notion de décélération brutale et de compression thoracique.
• diagnostic retardé.
• risque d'emphysème sous-cutané thoracique ou cervical, de pneumothorax, de pneumomédiastin, d'hémoptysies.
• traitement: chirurgie avec endoscopie si hémoptysie importante ou détresse respiratoire.
 contusion pulmonaire:
• signes cliniques peu spécifiques.
• hémoptysie.
• découverte à la radiographie systématique, mais qui va jouer un rôle important dans la genèse de l'insuffisance respiratoire aiguë:
 opacité alvéolaire inhomogène non systématisée localisée ou disséminée.

TRAUMATISME DE L'OESOPHAGE

 signes cliniques:
• rare, emphysème sous cutané, fièvre, douleur intense de la base thoracique.
• évolution vers médiastinite avec contracture épigastrique, emphysème médiastinal.
 examens complémentaires:
• radiographie du thorax montrant un élargissement du médiastin et des images hydro-aériques.
 traitement:
• chirurgie.


Revenir en haut
docteur F
actif
actif

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2011
Messages: 58
Sexe: féminin
Point(s): 1
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 16:31    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

merci beaucoup dr who, allah yessekher lik ou yessehel 3lik Smile

Revenir en haut
dr who
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2008
Messages: 419
Localisation: Rabat
Sexe: féminin
Point(s): 53
Moyenne de points: 0,13

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 16:38    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca Répondre en citant

pas de quoi, j'espere que ces cours te seront utiles, car c un peu different de ce que tu as demandé, c le programme de rabat Smile

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:13    Sujet du message: entraide pour concours de residanat 2011 a casablanca

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médecins du Maroc Index du Forum -> Actualités professionnelles et concours -> Spécial RESIDANAT et INTERNAT Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page: <  1, 2, 352, 53, 5465, 66, 67  >
Page 53 sur 67

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com