Médecins du Maroc Index du Forum Médecins du Maroc
Site spécialisé en diffusion d'information sur les actualites des Médecins et de la Médecine au Maroc
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Médecins du Maroc 
Bienvenue sur le forum des médecins du Maroc : nous cherchons des modérateurs pour le forum si vous êtes intéressé contacter l'administrateur
Le cannabis ferait basculer les plus fragiles vers la schizo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médecins du Maroc Index du Forum -> E-bibliothèque -> News & Recherches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
malika-doc
Etoile
Etoile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 685
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 - 17:10    Sujet du message: Le cannabis ferait basculer les plus fragiles vers la schizo Répondre en citant

Le cannabis ferait basculer les plus fragiles vers la schizophrénie.




De nouvelles recherches confirment le lien inquiétant entre une forte consommation de cannabis et l'apparition de cette psychose.


LES MÉFAITS du cannabis longtemps présenté comme une drogue douce sont revus à la hausse alors que le nombre de ses adeptes ne cesse de se multiplier parmi les jeunes. En France comme dans toute l'Europe, c'est la substance illicite la plus consommée par les adolescents. Et ce n'est que depuis peu que l'on mesure et comprend ses effets négatifs sur la santé mentale alors que pendant près de trente ans, il a été perçu, à tort, comme un produit inoffensif lié à la fête et à la convivialité.

Selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans le Lancet axée sur le devenir des jeunes fumeurs, il apparaît que le risque pour eux de développer des troubles psychotiques ultérieurs augmenterait de plus de 40 %, par rapport à des jeunes gens qui n'en auraient jamais pris. Ce surrisque est lui-même directement proportionnel à la dose consommée. Les « accros au shit », ceux qui en fument plus de cent fois par an, seraient ainsi les plus exposés avec une hausse de 50 à 200 % de survenue ultérieure de tels troubles (schizophrénie, symptômes psychotiques, hallucinations, anomalies du cours de la pensée). Pour asseoir ces conclusions, le Dr Thérésa Moore de l'université de Bristol et le Dr Stanley Zammit du département de psychologie médicale à l'université de Cardiff ont passé en revue 35 études réalisées dans différents pays, Allemagne, Pays-Bas, Grande-Bretagne, États-Unis, Suède, Nouvelle-Zélande. Si à la lumière de cette nouvelle étude, il reste difficile d'affirmer que le cannabis provoque à lui seul cette grave affection, il apparaît cependant que ce toxique pourrait contribuer à faire basculer les plus fragiles vers cette pathologie mentale.

Le Dr Zammit avait déjà publié un article retentissant en novembre 2002 dans le British Medical Journal sur les méfaits de l'« herbe » sur un jeune cerveau en pleine maturation. À partir d'une étude menée sur plus de 50 000 jeunes conscrits suédois suivis depuis le début des années 1970, époque du « flower power », il avait montré avec trente ans de recul que la prise régulière et intense de cannabis est capable à elle seule de faire basculer un jeune dans la nuit de la schizophrénie. Sur 731 consommateurs excessifs, 28 étaient devenus schizophrènes dans les cinq ans, soit 4 % d'entre eux (quatre fois plus que la normale).

Des résultats à mettre en parallèle avec ceux d'une autre étude suisse cette fois (institut de psychiatrie de l'université de Zurich) publiée le 23 juillet dernier qui montre une forte hausse de cette pathologie chez les hommes jeunes dans les années 1990. Les cas constatés chez les 15-19 ans ont été multipliés par trois et ceux chez les 20-24 ans par deux dans ces catégories d'âge, les plus exposées à une telle consommation.


Avertir les jeunes et leurs parents

Ce n'est pas la première fois que des médecins mettent en garde contre les effets négatifs du tétrahydrocannabinol (THC), le principe actif du produit, sur la santé mentale future des jeunes. « Ces résultats devraient inciter les gouvernements et les autorités sanitaires à mener des campagnes d'éducation efficaces et soutenues pour avertir les jeunes et leurs parents des dangers du cannabis, trop longtemps négligés », pointe dans un éditorial associé un psychiatre danois, le Dr Merete Nordentoft pour qui « près de 800 cas de schizophrénie par an pourraient être évités en Grande-Bretagne si les jeunes renonçaient au produit ». Sans parler des autres troubles associés sur l'attention, la mémoire, la motivation à l'origine de sérieuses difficultés scolaires chez les fumeurs réguliers. Ni les effets désinhibiteurs à l'origine de comportements violents. Ni les effets paradoxaux sur l'anxiété, d'abord apaisant, mais ensuite générateur d'une angoisse beaucoup plus intense.

En France, un jeune sur deux, âgé de 17 ans, a goûté au cannabis. Plus d'un demi-million de personnes allument un « joint » tous les jours. Les Français font désormais partie des plus gros consommateurs en Europe, aux côtés du Royaume-Uni et de l'Espagne. Et les addictologues s'inquiètent du fait qu'aujourd'hui les joints peuvent être dix fois plus « chargés » en principe actif que leurs équivalents des années 1970.



SOURCE: http://www.lefigaro.fr/sciences/20070727.FIG000000002_le_cannabis_ferait_basculer_le


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 - 17:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
hannibal
Galaxie
Galaxie

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2007
Messages: 1 047
Point(s): -1
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 - 11:10    Sujet du message: Le cannabis ferait basculer les plus fragiles vers la schizo Répondre en citant

-Le cannabis, originaire d’Asie, était utilisée de façon mythique, thérapeutique ou récréative, depuis des milliers d'années. Il est connu des peuples du Nord Est asiatique depuis plus de 4000 ans.

Cette plante est prescrite comme sédatif des douleurs rhumatismales et de la goutte dans la pharmacopée de l'empereur chinois Shen Nung vers 2737 avant notre ère. C'est également un peu avant notre ère que les pouvoirs enivrants et hallucinogènes de cette herbe sacrée en Inde sont utilisés par les religieux désireux d'atteindre l'union avec les divinités au cours de rites et de cérémonies. Ces pratiques étaient largement reconnues, jusqu'aux années trente, où une campagne internationale a engendré son interdiction.

-Le cannabis conviendrait au soulagement de 80% d'asthmatiques, il permettrait aussi de soulager la sclérose en plaque, le glaucome (perte progressive de la vue).
Il pourrait également servir à redonner l'appétit aux patients atteints du cancer ou du Sida, en apaisant les effets secondaires d'une chimiothérapie ou d'un traitement à l'AZT, selon les partisans à la légalisation.

-Les contes des Mille et une nuits, écrits entre 1000 et 1700, contiennent de nombreuses références à la consommation du haschich, terme qui signifie « herbe » en arabe. Au XIIIè siècle, c’est la secte persane des hachîchiyyîn qui fait parler d’elle. Ce groupe fondé par un maître ismaélien pratique l’assassinat politique comme stratégie pour combattre ses adversaires. En 1275, Marco Polo raconte comment les haschîchiyyîn étaient mis en condition après avoir bu un breuvage à base de haschich, d’opium et d’hallucinogènes. C’est l’orientaliste Antoine-Isaac Silvestre de Sacy qui montre en 1809 dans son « Mémoire sur la dynastie des Assassins et l’origine de leur nom », que le terme « assassin » dérive de l’arabe « hachîchî » qualifiant un membre de la fameuse secte. Cette étude est encore actuellement fort contestée par plusieurs auteurs . Il n’empêche, cette association contribuera à alimenter une rumeur qui sera reprise par les ligues prohibitionnistes du début de ce siècle.

-§ Effets recherchés :

*Euphorie, détente ou, selon la concentration en tétrahydrocannabinol (THC), excitation et même hallucinations, distorsion des perceptions du temps et des sons.

*Diminution de la pression intra-oculaire (dans le traitement des glaucomes), des nausées (pour soulager les effets d'une chimiothérapie chez les malades cancéreux).

-§ Les effets définis par les médecins :

*Le cannabis entraîne une modification des perceptions avec immersion dans l'expérience immédiate, allongement du temps vécu, embellissement des sensations auditives, et à forte dose transformation des perceptions visuelles et corporelles. La plupart du temps, ces changements esthétiques sont assortis d'un état d'euphorie suivi d'une sédation qui débouche sur un sommeil de bonne qualité.

*Selon les sujets, il favorise la relation aux autres ou majore une attitude d'introversion.

*Véritable anxiolytique, il induit néanmoins chez certains, par le sentiment d'étrangeté de l'expérience, des états d'angoisse transitoires avec somatisations cardio-vasculaires possibles.

*Sa toxicité organique, dans l'état actuel de la science est considérée comme bénigne.

*Au niveau psychologique, il ne peut être considéré comme induisant, en soi, l'escalade aux autres drogues.

Modification de la conscience, perception exacerbée du son et de la lumière

Euphorie et disparition des inhibitions

Conscience accrue de soi

Des pensées fragmentaires apparaissent

Indifférence et détachement vis-à-vis de l'environnement

États occasionnels et atypiques de désorientation, de confusion, d'angoisse, de panique et de délire

Son emploi permet à certains sujets, par la sédation de l'angoisse et la facilitation de la relation aux autres, un étayage transitoire de leur personnalité, besoin de bavarder et de rire.

Chez d'autres, par contre, son usage exacerbe le repli et la mise à distance de la réalité, enrayant la possibilité d'une évolution positive.

Mentionnons que des recherches sont pratiquées, pour synthétiser, à partir du tétrahydrocannabinol (molécule active du cannabis) des médicaments à visée hypnotique et cardio-vasculaire.

-§ Effets secondaires :

*Les effets produits par le cannabis sont directement liés à la personnalité du sujet, au contexte de la prise, à la quantité absorbée et à la qualité du produit.

*Étourdissements, somnolence, difficultés de concentration voire confusion mentale.

*Après avoir fumé, il provoque également une hausse du rythme cardiaque, diminution de la pression artérielle, cessation temporaire de la sécrétion de la testostérone (hormone mâle). Une anxiété aiguë ou des réactions psychotiques peuvent survenir lorsqu'un utilisateur fragile croit avoir perdu le contrôle de son état mental.

*Du fait que le cannabis se fume en général, il en résulte certains dangers similaires au tabac.

*L'inhalation chronique de fumée de cannabis peut induire des altérations pulmonaires c'est dire la réalité du risque de cancer du poumon, de bronchite ou d'emphysème.

*ARTERITE DU CANNABIS :
La maladie de Léo Buerger (MLB) ou thromboangéite oblitérante est une artérite grave du sujet jeune caractérisée par la survenue d’occlusions artérielles affectant les artères de petit et moyen calibres des membres.

*Perte de mémoire.

-Chez les personnes souffrant de troubles psychiques, les symptômes de la maladie peuvent s'accentuer. Il n'est pas prouvé que le cannabis serait un facteur déclenchant dans les cas de schizophrénie et les psychoses.

-Des modifications de la personnalité avec syndrome de démotivation (perte d'intérêt pour l'environnement et détachement de la réalité) ont aussi été avancées, mais ici encore, on manque de preuves

_________________
http://medecine-maroc.xooit.com


Revenir en haut
malika-doc
Etoile
Etoile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 685
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 31 Jan 2008 - 14:45    Sujet du message: reponse Répondre en citant

Un vaccin pourrait réduire la dépendance aux drogues

Que peut-on faire pour lutter contre la dépendance à la cocaïne. Une équipe de chercheurs est en train de développer un vaccin qui aiderait à lutter contre la dépendance à la drogue.
Comment ça marche ? « Le patient reçoit une version modifiée de la drogue à laquelle est jointe une protéine que le corps reconnaît comme une menace » explique le professeur de psychiatrie et de neurosciences Thomas Kosten qui travaille sur le vaccin depuis 1995 au Bayor College of Medecine au Texas.
« Le vaccin fonctionne en obligeant le système immunitaire à reconnaître la drogue comme un corps étranger et à l’attaquer » précise t-il. Au fur et à mesure de la prise de drogue, les anticorps deviennent plus nombreux et les effets se font de moins en moins sentir. Le sevrage est au bout du tunnel.
Testé d’abord sur des cocaïnomanes en 5 injections sur une période de trois mois, le vaccin semble fonctionner. « Le vaccin diminue progressivement la quantité de cocaïne qui atteint le cerveau, le processus est lent et le patient ne subit pas les symptômes du manque » précise le professeur Kosten. Les chercheurs espèrent pouvoir étendre ce succès aux autres drogues et pourquoi pas au tabac.

Article complet : http://bienetre.nouvelobs.com/site/actu.asp?ID=4882&Rub=Long%E9vit%E9 


Revenir en haut
rihab
SuperNova
SuperNova

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2007
Messages: 752
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 31 Jan 2008 - 15:46    Sujet du message: Le cannabis ferait basculer les plus fragiles vers la schizo Répondre en citant

salamo3alaikom

Merci dr Malika pr cette information fort intéressante, mon souhait sincérement mnt c'est que nos chercheurs puissent un jr réaliser mm exploits que leurs homologues étrangers inchallah.


Revenir en haut
malika-doc
Etoile
Etoile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 685
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 31 Jan 2008 - 17:30    Sujet du message: reponse Répondre en citant

rihab a écrit:
 mon souhait sincérement mnt c'est que nos chercheurs puissent un jr réaliser mm exploits que leurs homologues étrangers inchallah.

Je crois que d'un point de vue objectif, ton souhait est difficile à réaliser actuellement car le pourcentage du PIB consacré à la recherche scientifique au Maroc (tous domaines confondus) est de 0.8% avec une perspective d'atteindre 1% d'içi 2010.
Regarde ce rapport de Département de l’Enseignement Supérieur,de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique (Vision et Stratégie de la Recherche Horizon 2025, Système National de Recherche : Synthèse de l’Analyse de l’existant) : http://doc.abhatoo.net.ma/doc/IMG/pdf/synthese-4.pdf


Revenir en haut
rihab
SuperNova
SuperNova

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2007
Messages: 752
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Jeu 31 Jan 2008 - 18:17    Sujet du message: Re: reponse Répondre en citant

malika-doc a écrit:

Je crois que d'un point de vue objectif, ton souhait est difficile à réaliser actuellement car le pourcentage du PIB consacré à la recherche scientifique au Maroc (tous domaines confondus) est de 0.8%

oui merci bcp dr Malika, je ne savais pas que le pourcentage du PIB résérvé à ces fins est minime à ce point, ms gardons éspoir comme mm Smile .


Revenir en haut
malika-doc
Etoile
Etoile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 685
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 13 Fév 2008 - 15:08    Sujet du message: reponse Répondre en citant

Découverte relative à la schizophrénie

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52998.htm

Les chercheurs du département de biologie de l'Université nationale Sun-Yat-Sen (NSYSU) ont découvert que la résistance aux médicaments qu'éprouvent certains patients schizophrènes était reliée à une anormalité d'un chromosome.

Le télomère est une section ADN située à chaque extrémité de la chaîne ADN d'un chromosome qui fait tampon pour éviter la dégradation, la "translocation" ou la fusion de chaque chromosome. A chaque réplication, le télomère perd un peu de lui même parce que l'ADN polymérase ne peut pas le répliquer entièrement. Quand il atteint une taille minimale, la cellule meurt. Les scientifiques en ont déduit que sa réduction était fortement corrélée au vieillissement.

Les expérimentations, qui vont être publiées dans le "Journal of Psychiatry and Neurosciences", montrent que la réduction des télomères est plus rapide chez les patients schizophrènes qui présentent une résistance aux médicaments tandis qu'elle est identique à celle de la population générale pour des patients atteints d'autres maladies


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:46    Sujet du message: Le cannabis ferait basculer les plus fragiles vers la schizo

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médecins du Maroc Index du Forum -> E-bibliothèque -> News & Recherches Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com